Ecoutez Radio Sputnik
    Justin Trudeau

    Justin Trudeau salue le sauvetage de l’ALÉNA, le Web ne mâche pas ses mots

    © REUTERS / Chris Wattie
    Société
    URL courte
    516

    Justin Trudeau a salué le fait que les États-Unis et le Canada ont enfin conclu un accord à l'arraché visant à sauver l'ALÉNA en tant que zone de libre-échange tripartite avec le Mexique. Or, certains internautes ne partagent pas son enthousiasme et n’hésitent pas à exprimer leur avis sur Twitter.

    Ottawa et Washington se sont mis d'accord sur les termes d'un accord renégociant l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), préservant sa pérennité, à quelques minutes de l'expiration de l'ultimatum fixé par Donald Trump. Le premier ministre canadien n'a pas tardé à se féliciter pour ce dénouement sur son compte Twitter:

    Certains internautes ont salué cet accord comme une action digne d'éloges:

    D'autres se sont au contraire montrés indignés à cause d'un accord mettant selon eux en péril les agriculteurs locaux, travaillant notamment pour l'industrie laitière au Québec.

    Quelques internautes ont supposé que l'accord ne serait profitable qu'à l'Ontario, une province située au centre-est du Canada, en bordure des Grands Lacs et des États-Unis:

    D'autres ont ironisé sur la leçon que Donald Trump avait apprise au premier ministre canadien:

    «(…) Justin Trudeau n'a pas montré de respect envers le POTUS (le Président des États-Unis), mais à huis clos, il a dû faire des concessions sur les choses qu'il ne voulait pas accepter. Je crois que c'est ce qu'on appelle The Art of The Deal. Trudeau aurait ainsi appris une chose ou deux.»

    Toujours est-il que la plupart des utilisateurs de Twitter ont appelé à ne pas tirer de conclusions prématurées:

    «Personne ne sait si c'est une bonne journée avant que les détails ne soient divulgués. Certains spéculent positivement, d'autres négativement, mais personne ne sait si c'est bon ou mauvais à ce stade.»

    L'accord de libre-échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique est en vigueur depuis 1994. Donald Trump, qui menaçait de dénoncer cet accord «catastrophique» pour l'économie et le commerce des États-Unis, a obtenu de ses partenaires une renégociation.

    Selon les termes de l'accord, le Canada a accepté de supprimer les barèmes de prix pour le lait écrémé, les protéines de lait écrémé et d'autres composants ainsi que pour le lait ultrafiltré, dans les six mois suivant l'entrée en vigueur de l'AEUMC. Le compromis trouvé accroîtra l'accès des États-Unis au marché canadien des produits laitiers au-delà des niveaux qui auraient été permis par le Partenariat transpacifique (TPP) entre l'Amérique du Nord, l'Asie et l'Océanie.

    De l'autre côté, l'entente permettra de préserver un mécanisme de règlement des différends commerciaux que le Canada voulait absolument conserver pour protéger son industrie du bois, ainsi que d'autres secteurs, des droits antidumping américains.

    Lire aussi:

    Québec: l’ALENA s’invite dans la campagne électorale
    Aléna: Trudeau signera un accord seulement s'il «est bon pour le Canada»
    ALENA 2.0: «le nouvel accord présente peu d'avantages» pour le Canada
    Tags:
    Accord de libre-échange nord-américain (NAFTA), Justin Trudeau, Donald Trump, Mexique, Canada, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik