Ecoutez Radio Sputnik
    femme

    «Vous êtes la suivante»: une autre Miss Irak menacée de mort (images)

    CC0 / RyanMcGuire
    Société
    URL courte
    2013

    En Irak, l’industrie de la beauté se trouve dans le collimateur: après l’assassinat de la Miss Irak 2014, la Miss Irak 2015, Shimaa Qassema, a déclaré avoir reçu des menaces de mort. Selon elle, l’on a commencé à «massacrer comme des poussins» les mannequins irakiens ayant du succès.

    Jeudi dernier, l'ancienne Miss Irak (en 2014) et Miss Bagdad (en 2015), Tara Fares, 22 ans, a été abattue par des hommes armés non identifiés dans la capitale irakienne, Bagdad. Suite à cela, une autre Miss Irak a commencé à recevoir des menaces…

    Le dimanche 30 septembre, l'ancienne Miss Irak (2015) Shimaa Qassema a enregistré une vidéo dans laquelle elle a partagé, en larmes, qu'elle avait reçu un message disant: «Vous êtes la suivante». La jeune femme a déclaré que l'on avait commencé à «massacrer comme des poussins» les mannequins irakiens et a qualifié Fares de martyre.

    La fondatrice du groupe al-Amal, qui lutte pour les droits des femmes, Hanaa Edwar, a déclaré que ces derniers événements constituaient une menace non seulement pour les Irakiennes travaillant dans l'industrie de la beauté, mais aussi pour l'ensemble de la société: «Les attaques contre les femmes publiques tentent de les forcer à rester chez elles et à se faire discrète.»

    Tara Fares, première lauréate en 2014 du concours de beauté national depuis 1972, a été abattue le jeudi 27 septembre à Bagdad. La jeune fille s'était surtout fait remarquer par la publication de photos osées sur les réseaux sociaux.

    Lire aussi:

    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Voici les dernières images du jeune randonneur français découvert mort en Italie
    Tags:
    menace de mort, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik