Ecoutez Radio Sputnik
    image d`illustration (la manifestation du 1er mai à Paris)

    «La guerre de France», un thriller aux accents russes

    © Sputnik . Irina Kalashnikova
    Société
    URL courte
    Oxana Bobrovitch
    4191

    Dans un roman futuriste et prophétique, des nationalistes russes et des islamistes saoudiens tentent de trouver une issue à une guerre civile en France. Comment est-ce possible? Christian de Moliner donne à Sputnik certaines clés pour résoudre cette énigme.

    «La guerre civile fait rage en France»: dès le 4e de couverture de ce roman, nous voilà plongés dans le vif du sujet. Si cette phrase peut propulser le lecteur dans la sphère rassurante de l'invraisemblable, une fois que l'on a lu dans le même paragraphe que cette guerre imaginaire «oppose islamistes et nationalistes», on atterrit dans un présent nettement moins hypothétique et l'on perd quelques plumes d'optimise au passage.

    Pourtant, la question se pose: pourquoi les Russes sont-ils immédiatement associés au sujet? Christian de Moliner, l'auteur du roman, développe son hypothèse:

    «Quand on regarde bien, les nationalistes identitaires en France se tournent de plus en plus vers la Russie. On voit une certaine vénération de la Russie de M. Poutine. J'estime que s'il y a un conflit d'ordre religieux qui éclatait en France, naturellement, les plus extrémistes nationalistes se tourneraient vers la Russie qui serait la protection des chrétiens.»

    Une opinion qui risque de semer un doute dans l'esprit du futur lecteur, puisque les fameux nationalistes identitaires ne sont pas forcément plongés dans la chrétienté (encore moins les nationalistes extrémistes). Mais admettons ce parti-pris de l'auteur. Mais dans ce cas, l'héroïne du roman ne devrait-elle pas être une #JeanneDArc, un symbole de l'opposition à l'«envahisseur»? Pourtant, l'héroïne est bien différente de cette image d'Épinal:

    «J'ai voulu choisir une fille qui soit de nom arabe et musulmane, mais non croyante, précise à Sputnik l'auteur, par contre, son père est nationaliste. Je pensais que pour l'intrigue du roman, c'était très important.»

    Jusque-là, tout va bien, il est très intelligent de semer la graine du conflit au cœur du personnage principal pour que sa vie intérieure reflète en permanence le conflit extérieur, amplifiée. La connaissance de soi, l'évolution de l'âme du protagoniste sont toujours intéressantes à observer, d'autant plus qu'elle grandit avec le déroulement des évènements. Mais l'auteur en décide autrement:

    «J'ai aussi voulu placer quelqu'un qui ne comprend pas vraiment ce qui se passe. Placée au centre de l'intrigue, l'héroïne se rend compte qu'elle est indispensable pour faire un lien entre les différents partis, mais ne comprend absolument pas ce qui se passe. Elle sent qu'elle est manipulée, mais ne sait pas comment. Je voulais y mettre une fille pour que ça soit quelqu'un de fragile.»

    Comme l'action du roman se situe dans 20 ans, vers 2038, les choses peuvent encore évoluer. Mais pour l'auteur, il est clair que «cette probable guerre civile se basera sur le fond ethnique et religieux, les deux confondus.» Se voulant être une prophétie du futur, l'histoire de la «Guerre de France» est pourtant solidement ancrée dans le passée, puisque les deux factions de cette guerre civile se sont inspirées d'exemples historiques: le «Front des croyants» fait référence au «Front islamique du salut» (FIS) lors de la guerre civile en Algérie et s'oppose à «L'Armée secrète française», qui est une sorte d'«Organisation de l'armée secrète», (OAS), «ceux qui ont essayé de lutter contre l'abandon de l'Algérie française en 1960», précise l'auteur.

    Et les Russes dans cet imbroglio franco-français? Bonne nouvelle pour nos collègues de RT: la chaîne d'information existerait toujours dans 20 ans, puisque l'un de ses journalistes arbore ouvertement sa casquette «médiatique» dans le roman de Christian de Moliner. Pourquoi donner des éléments si concret? Insinuer que c'est juste une couverture? Pas de réponse précise de la part de l'écrivain: «Je ne sais pas si la chaîne existera encore… Le temps que j'écrive mon roman, ils ont changé le nom. Dans l'intrigue, il lui fallait avoir une couverture. Et, dans un ancien temps, beaucoup avaient une couverture de journaliste.» Pour jouer les méchants, devrions-nous ajouter?

    Christian de Moliner ne déplace pas par hasard une grande partie de l'action de son livre à Chișinău, capitale moldave, puisque les discussions autour du statut de la Transnistrie reviennent régulièrement dans la presse occidentale, un élément reconnaissable de plus pour assurer le succès du roman. Et cela permet également de «repasser une couche» sur le rôle du réseau prorusse dans le conflit imaginaire français, sans trop s'y avancer:

    «Je suis au courant qu'en Moldavie existent deux courants: pro-UE et prorusse, dit Christian de Moliner. Pour l'instant, ce sont les pro-Européens qui sont au pouvoir. Mais l'action se passe dans 20 ans et c'est sciemment que j'ai dit que les "Russes se sentent chez eux en Moldavie", parce que je pense que tôt ou tard l'influence russe va de nouveau s'étendre sur la Moldavie.»

    Mais, malgré l'apparition d'agents du GRU, le service de renseignement militaire russe, dont le profil reste flou et quelque peu schématique, le vrai nœud gordien de l'intrigue du roman est étatique. C'est là que réside l'inquiétude de l'auteur, toujours nourrie par les réminiscences historiques de 1958, juste avant le retour du général de Gaulle, quand «le gouvernement était complètement dépassé».

    «C'est ce parallèle historique que je prends. La guerre d'Algérie- c'est ce qui risque de se passer en France: la guerre ethnique et religieuse. On a occulté le côté religieux de la guerre d'Algérie, mais qui existait.»

    Christian de Moliner n'a peur de rien, ni d'éventuelles critiques, ni des représailles islamistes, puisqu'il a «déjà écrit un livre sur l'Islam et n'a pas été attaqué». Pour lui, il n'y a pas de danger de ce côté-là, «d'autant plus que je présente honnêtement le point de vue islamiste. Je ne juge pas,» se défend l'auteur. Mais cela ne l'empêche pas d'enfoncer le clou:

    «La guerre serait telle que le gouvernement serait complètement impuissant.»

    Il ne vous reste plus qu'à lire l'ouvrage paru aux Éditions Pierre Guillaume de Roux et à juger par vous-même s'il s'agit d'un «thriller mené à cent à l'heure», comme le mentionne sa notice promotionnelle, d'une sombre prophétie ou encore d'un roman d'espionnage… ce qui risque d'être le plus alléchant pour le lecteur français, par ces temps où l'actualité ramène tous les jours son lot de spéculations sur les agents de l'ombre.

    Lire aussi:

    «Le Président a disparu», ou quand Bill Clinton s’essaie au thriller...
    Cinq diplomates russes déclarés personae non gratae en Moldavie
    Le président moldave espère que le conflit diplomatique avec la Russie n'ira pas plus loin
    Tags:
    roman, futur, guerre, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik