Société
URL courte
0 243
S'abonner

Un chirurgien canadien n'a pas hésité à employer les moyens, même les plus insolites, pour assurer le bien-être d'un de ses petits patients de huit ans: il a accepté de pratiquer une opération sur... un ours en peluche. Bien qu'il n'ait aucune expérience en la matière.

C'est un petit garçon de huit ans qui a imploré Daniel McNeely, un neurochirurgien d'Halifax (port à l'est du Canada), de pratiquer une intervention sur son jouet préféré, un ours en peluche. Le médecin n'a pas hésité une seconde, bien qu'il n'ait pas été formé à réaliser des opérations sur des malades de cette espèce.

«Le patient m'a demandé si je pouvais réparer un ours en peluche… Comment aurais-je pu dire non?», a-t-il écrit sur Twitter.

Le propriétaire de l'ourson ayant diagnostiqué une déchirure sous une de ses aisselles, le médecin a demandé aux infirmières de préparer une petite table avec des instruments chirurgicaux. Il a posé un masque à oxygène sur le museau de nounours et a utilisé la même procédure que sur ses jeunes patients pour recoudre le jouet. Ce dernier a été placé après l'opération dans le même lit que le petit garçon.

Le Dr Daniel McNeely s'occupe du jeune Jackson McKie depuis sa plus tendre enfance parce qu'il souffre d'une anomalie neurologique sévère. Comme nombre d'enfants, le garçon a apporté son ourson en peluche au bloc opératoire.

Les parents du petit garçon ont chaleureusement remercié le neurochirurgien pour tout ce qu'il a fait pour leur enfant et son nounours. Les deux patients sont actuellement en convalescence.

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Tags:
médecine, enfants, interventions chirurgicales, peluche, chirurgie, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook