Ecoutez Radio Sputnik
    Un Syrien a inventé un patrouilleur électronique équipé d’une kalachnikov

    Un Syrien a inventé une sentinelle électronique équipée d’une Kalachnikov (vidéo)

    © Sputnik . Bassem Haddad
    Société
    URL courte
    241191

    L'ingénieur syrien Hamzah Salam a inventé un système de garde automatique avec une mitrailleuse Kalachnikov. Désormais, son village natal de Shreihi est protégé par ce gardien de fer, installé sur le toit d’une maison. Sputnik a rencontré l’inventeur.

    L'été dernier, les terroristes de Daech* ont attaqué des villages dans l'est de la province de Soueïda. 250 civils ont été tués, des centaines d'autres blessés et des dizaines de villageois enlevés. Des dizaines de personnes ont également été tuées ou blessées dans le village de Shreihi, ce qui a poussé Hamzah Salam à créer un système de feu qu'on pourrait bien qualifier de «sniper électronique».

    «Ce système automatique surveille la situation et ouvre le feu, si besoin. Le "sniper électronique" peut être téléguidé et mis en régime automatique», a raconté à Sputnik l'ingénieur syrien Hamzah Salam.

    Et d'ajouter que, sur sa base qui tourne à 360 degrés, on pouvait monter aussi bien une mitrailleuse qu'un fusil.

    «Équipées d'appareils de vision nocturne, les caméras transmettent l'image à l'ordinateur qui l'analyse. La surveillance de la situation s'effectue 24 heures sur 24, de jour et de nuit sans discontinuer», a poursuivi le Syrien.

    Selon ce dernier, si des déplacements inhabituels sont détectés par le système reconnaissant différents types de mouvements, le feu est immédiatement ouvert avec la plus haute précision.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Trois personnes tuées dans une attaque terroriste dans le sud de la Syrie
    Des systèmes russes de guerre électronique repéreront des avions en Europe depuis la Syrie
    L’armée syrienne poursuit son offensive, une nouvelle région stratégique libérée
    Tags:
    tireurs d'élite, village, Daech, Sputnik, Hamzah Salam, Soueïda, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik