Ecoutez Radio Sputnik
    Un avion à New York

    Pourquoi les portables sont-ils interdits à bord des avions? Des pilotes croient le savoir

    © AFP 2019 Jewel Samad
    Société
    URL courte
    6243

    Tout passager d'avion reste privé de son appareil bien-aimé durant toute la durée du vol en raison des interférences qu'il pourrait causer, selon les membres d'équipage. Or, deux pilotes semblent avoir la clé du mystère, estimant que les technologies modernes permettent d'utiliser les téléphones.

    Tout le monde est au courant de l'interdiction d'utiliser les portables et autres tablettes à bord des avions. Les appareils modernes sont même tous munis du «mode avion». Mais le problème existe-t-il vraiment?

    Il se peut que Patrick Smith, un pilote d'Americain Airlines, ait la réponse.

    «En fin de compte, le problème du téléphone est davantage un problème social que technologique. En d'autres termes, voulez-vous vraiment être assis dans un avion et écouter 200 personnes bavarder simultanément?», a-t-il déclaré selon WalesOnline.

    Le pilote d'EasyJet, Chris Foster, partagerait l'opinion selon laquelle les technologies modernes permettent d'utiliser le téléphone lors d'un vol.

    «En réalité, il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Les systèmes de contrôle des aéronefs sont si sophistiqués qu'ils ne causent plus d'interférences», aurait-il affirmé à The Liverpool Echo.

    Il a fait remarquer que la règlementation remontait à de nombreuses années, à une époque où les appareils comme les tablettes n'existaient pas encore.

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Tags:
    avion, vol, tablette, portable, WalesOnline, The Liverpool Echo, EasyJet, American Airlines
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik