Ecoutez Radio Sputnik
    femme

    Une majorité d’hommes sur Tinder seraient pour une liaison avec ce robot sexuel (photos)

    © Sputnik . Evgeny Biyatov
    Société
    URL courte
    6537

    Le profil Tinder d’un robot sexuel ressemblant à une blonde aux formes nettement arrondies a accumulé en deux heures une centaine de matchs dont la plupart accepteraient d'avoir des relations sexuelles avec elle, selon une expérience relatée par The Daily Star.

    Dans le cadre d'un documentaire sur les cyborgs, I Want My Sex Machine, son réalisateur Jimmy Mehiel a décidé de mener une expérience auprès des utilisateurs de Tinder pour savoir le taux d'hommes qui accepteraient d'avoir des rapports sexuels avec un robot, lit-on dans The Daily Star.

    Pour ce faire, il a créé un profil Tinder pour un robot sexuel ressemblant à première vue à une personne réelle, une jolie blonde aux formes arrondies et avec un grand décolleté laissant entrevoir sa poitrine.

    Bien que la première photo montre cette coquine demoiselle, la deuxième représentait la même «femme» avec la tête ouverte pour révéler le cerveau de l'ordinateur.

    La description du profil indiquait également qu'il s'agissait d'un robot sexuel doté d'une intelligence artificielle.

    En deux heures, Jimmy Mehiel a accumulé 92 matches. Ensuite, il a interrogé les hommes pour savoir s'ils aimeraient avoir des relations sexuelles avec ce robot.

    Sur les 57 personnes, 25 ont dit ne pas le vouloir, 17 ont répondu «oui» et 15 «peut-être». Cela signifie notamment que 56% des participants (en réunissant les réponses «oui» et «peut-être») ont déclaré qu'ils seraient favorables ou du moins pas opposé à une liaison avec un cyborg.

    Lire aussi:

    «L'Attaque des clones» est-elle inévitable?
    Moi d'abord! Ce robot-chien insiste (vidéo)
    Une société chinoise s'apprête à fabriquer des robots sexuels 100% identiques aux humains
    Tags:
    site de rencontres, relations, intelligence artificielle, robot, sexe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik