Société
URL courte
3120
S'abonner

Après avoir pleuré le décès de leur proche, la famille d’un homme résidant dans la ville kazakhe d’Atyraou a eu la surprise de le retrouver bien vivant deux mois après ses obsèques…

Un homme résidant dans la ville kazakhe d'Atyraou a quitté son domicile le 20 juin dernier. Comme ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait, sa famille a attendu jusqu'au mois de juillet pour annoncer son départ à la police afin de demander le lancement d'une opération de recherche, ont apporté les médias locaux.

Quelque temps après, la famille de cet homme disparu a été convoquée à la morgue pour une procédure d'identification d'un corps retrouvé. Vu l'état lamentable du cadavre, il était impossible d'établir l'identité de l'individu. La famille a alors eu recours à une expertise génétique qui avait montré que le corps appartenait à leur proche avec un taux de précision de 99,92%.

Les obsèques ont eu lieu en septembre et, conformément à la loi, la famille a reçu un acte de décès.

«La famille a même rendu à l'État la retraite qui avait été payée à l'homme lors des recherches», ont précisé les médias.

Néanmoins, l'histoire ne s'arrête pas là. Fin octobre «le défunt», qui était en pleine forme, est rentré chez lui. Il a expliqué à ses proches qu'il avait fait la connaissance d'un homme qui l'avait invité à venir travailler dans le secteur agricole dans une autre région. Quatre mois plus tard, il a toutefois décidé de rentrer chez lui.

Actuellement, ses proches envisagent de porter plainte contre les spécialistes qui avaient réalisé l'expertise génétique.

Lire aussi:

Le Hamas dit avoir lancé des dizaines de roquettes vers Israël, des sirènes retentissent à Tel Aviv - images
Deux ex-espions du KGB et de la DGSE racontent: «Les Gafam sont le service de renseignement le plus puissant au monde»
Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
Tags:
société, famille, décès, enterrement, Kazakhstan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook