Société
URL courte
5145
S'abonner

Une Japonaise a été arrêtée pour avoir poignardé à mort l’aviateur américain basé à Yokota avec lequel elle sortait, après une dispute concernant leur séparation.

Une Japonaise a été arrêtée après avoir tué à l'arme blanche un aviateur des forces américaines déployées au Japon, dans l'ouest de Tokyo, selon les médias locaux.

«Un militaire de la 374e escadre de transport aérien a été grièvement blessé et a été déclaré mort à son domicile [vendredi] vers 20h42», indique un communiqué de l'armée de l'air.

L'armée de l'air a par la suite déterminé l'identité de cet aviateur de la base américaine de Yokota. Il s'agit du sergent-chef Nicholas Vollweiler, 35 ans, qui a été poignardé chez lui, dans la ville de Tachikawa, puis emmené à l'hôpital, où il a été déclaré mort, ont rapporté plusieurs médias japonais.

​La femme qui a commis cet assassinat a été identifiée comme étant Aria Saito, 27 ans, employée à Tokyo. Elle a été arrêtée sur les lieux-mêmes, du fait des soupçons de tentative de meurtre qui pesaient sur elle, a déclaré le porte-parole de la police métropolitaine de Tokyo.

​«J'ai poignardé l'homme avec qui je sortais avec un couteau, visant le côté droit de son cou», a déclaré Mme Saito aux enquêteurs, selon la chaîne de télévision japonaise TBS. Elle a également déclaré que l'incident s'était produit après que «les discussions à propos de notre séparation se sont compliquées».

La police s'apprête à transformer le chef d'accusation en celui de meurtre puisque la victime a été déclarée morte à l'hôpital local, a annoncé un porte-parole de la police.

Lire aussi:

Coups de feu lors d’une course-poursuite à Paris: trois personnes arrêtées
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Tags:
passion, meurtre, militaires, base aérienne, Yokota, Tokyo, Tachikawa, États-Unis, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook