Société
URL courte
5145
S'abonner

Une Japonaise a été arrêtée pour avoir poignardé à mort l’aviateur américain basé à Yokota avec lequel elle sortait, après une dispute concernant leur séparation.

Une Japonaise a été arrêtée après avoir tué à l'arme blanche un aviateur des forces américaines déployées au Japon, dans l'ouest de Tokyo, selon les médias locaux.

«Un militaire de la 374e escadre de transport aérien a été grièvement blessé et a été déclaré mort à son domicile [vendredi] vers 20h42», indique un communiqué de l'armée de l'air.

L'armée de l'air a par la suite déterminé l'identité de cet aviateur de la base américaine de Yokota. Il s'agit du sergent-chef Nicholas Vollweiler, 35 ans, qui a été poignardé chez lui, dans la ville de Tachikawa, puis emmené à l'hôpital, où il a été déclaré mort, ont rapporté plusieurs médias japonais.

​La femme qui a commis cet assassinat a été identifiée comme étant Aria Saito, 27 ans, employée à Tokyo. Elle a été arrêtée sur les lieux-mêmes, du fait des soupçons de tentative de meurtre qui pesaient sur elle, a déclaré le porte-parole de la police métropolitaine de Tokyo.

​«J'ai poignardé l'homme avec qui je sortais avec un couteau, visant le côté droit de son cou», a déclaré Mme Saito aux enquêteurs, selon la chaîne de télévision japonaise TBS. Elle a également déclaré que l'incident s'était produit après que «les discussions à propos de notre séparation se sont compliquées».

La police s'apprête à transformer le chef d'accusation en celui de meurtre puisque la victime a été déclarée morte à l'hôpital local, a annoncé un porte-parole de la police.

Lire aussi:

Guy Georges pourrait être remis en liberté sous peu malgré ses nombreux viols et meurtres
«Sputnik V»: Poutine annonce l'enregistrement du premier vaccin contre le Covid-19 en Russie
Un incendie «d'une rare intensité» dans un immeuble de Vincennes, deux morts – images
Tags:
passion, meurtre, militaires, base aérienne, Yokota, Tokyo, Tachikawa, États-Unis, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook