Société
URL courte
2111
S'abonner

Dans la ville indienne d’Agra, un singe a arraché un nouveau-né des bras de sa mère qui l’allaitait et s’est enfui avec sa proie. L’animal a mordu le bébé à la tête et lui a laissé des blessures tellement profondes que l’enfant n’a pas survécu.

Un singe a pénétré dans une maison de la ville indienne d'Agra et arraché un garçon de 12 jours à sa mère qui l'allaitait, informe la BBC.

La femme, accompagnée de plusieurs parents et voisins, s'est précipitée sur les traces du singe. Ils ont essayé d'appâter l'animal avec de la nourriture mais il a grimpé un toit et s'est enfui encore plus loin.

Lorsqu'ils ont retrouvé le bébé sur le toit d'une maison voisine, il était déjà mort.

«Le singe a mordu le nouveau-né à la tête et l'a lâché quand des gens l'ont pourchassé avec des bâtons et lui ont jeté des pierres», a expliqué Ajay Kaushal, officier responsable de la station de police locale. «Le bébé qui saignait abondamment a été transporté dans un hôpital, où sa mort n'a pu être que constatée.»

Et d'ajouter que dans un autre hôpital des médecins n'ont fait que confirmer sa mort.

«Ici, il y a trop de singes. Nous vivons dans la peur. Nous avons à plusieurs reprises demandé à l'administration de nous aider, mais ils ne font rien. La mère du bébé est trop choquée pour pouvoir même parler», a expliqué l'oncle de l'enfant, Dhirendra Kumar, dans un commentaire à la BBC.

Il s'agit du dernier incident en date d'une série d'attaques de singes dans la ville d'Agra, connue surtout pour le mausolée du Taj Mahal. Un autre enfant avait été attaqué par un singe il y a deux mois. Il se rétablit actuellement dans un hôpital.

Lire aussi:

Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère près de Deauville
Plusieurs explosions retentissent en Guinée équatoriale - images
La SNCF appelle la police pour neutraliser une bande de jeunes agressant les passagers d’un RER
Tags:
singes, bébé, animaux, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook