Ecoutez Radio Sputnik
    Un cockpit

    Pourrait-on être aspiré hors d’un avion en vol? Un pilote met les points sur les i

    CC0 / StockSnap
    Société
    URL courte
    3522

    Une porte d’un aéronef peut-elle s’ouvrir lors d’un vol? Qu’est-ce qu’une zone de turbulences exactement? Pourquoi les smartphones allumés présentent-ils un danger lors d’un vol? Un pilote de ligne assouvit la curiosité de passagers intrigués et inquiets et donne des réponses qui dissipent nombre de mythes sur les avions en vol.

    Le pilote de ligne australien Brett Manders a répondu au large éventail des questions les plus fréquemment posées par des passagers portant sur l'équipement des avions et la sécurité à bord, informe Express.

    Plusieurs voyageurs craignent d'être aspirés hors de leur avion en plein vol, comme dans des films hollywoodiens, selon Express, mais serait-ce véritablement possible?

    «Imaginez qu'un ballon de foot soit gonflé à son maximum et que vous essayiez d'appuyer dessus», a pris comme image Brett Manders pour expliquer qu'il n'était pas possible d'ouvrir une porte en plein vol à cause de la pression à l'intérieur de l'appareil.

    Le pilote a en outre répondu par la négative à la question de savoir s'il y avait un siège plus sûr qu'un autre dans un aéronef.

    De plus, le pilote a dissipé les éventuelles craintes concernant les zones de turbulences en lançant qu'il ne s'agissait que des simples courants d'air qui bougeaint à différentes vitesses et dans différentes directions.

    Brett Manders est également revenu sur l'importance de mettre les smartphones en mode avion, puisque si un passager n'utilise forcément pas son portable lors d'un vol, celui-ci peut empêcher le fonctionnement normal des logiciels dans la cabine des pilotes.

    Lire aussi:

    Plongée dans l'univers des pilotes russes
    Des pilotes divulguent ce qu’ils ne disent jamais aux passagers
    L’armée américaine à court de pilotes
    Tags:
    passager, pilote, aéronefs, avion
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik