Ecoutez Radio Sputnik
    McDonald's

    Des traces de matières fécales retrouvées chez McDonald's

    CC BY 2.0 / Mike Mozart / McDonald's, Plainville CT, 6/2014.
    Société
    URL courte
    17206

    Des coliformes fécaux ont été retrouvés sur tous les guichets de commande automatiques de McDonald's testés lors d'une enquête conjointe du journal Metro et la London Metropolitan University.

    Peu ragoûtant: une étude réalisée par le journal Metro au Royaume-Uni en collaboration avec le département de microbiologie de l'Université métropolitaine de Londres a révélé que sur tous les écrans tactiles de plusieurs établissements McDonald's avaient été prélevées de bactéries naturellement présentes dans les intestins humains.

    L'étude a été menée dans huit restaurants de la capitale britannique et de Birmingham. Selon Paul Matawele cité metro.co.uk, la quantité de bactéries intestinales et fécales présentes sur les bornes testées était «surprenante» pour les chercheurs.

    «Ces bactéries provoquent le type d'infections que les gens contractent dans les hôpitaux», a-t-il souligné. Il s'agit notamment du staphylocoque, bactérie pouvant engendrer un choc toxique, ainsi que de la listeria, très dangereuse pour les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées.

    Le chercheur estime que les écrans tactiles de McDonald's ne sont pas nettoyés assez rigoureusement, alors que certains types de bactéries sont capables de survivre sur les machines pendant plusieurs jours. De manière générale, il convient toujours de rappeler que tout objet touché par le public est porteur de bactéries.

    Lire aussi:

    Règle des 5 secondes: que risquez-vous à manger une gourmandise qui est tombée par terre?
    Pourquoi est-il dangereux d’utiliser des séchoirs à main?
    Les nouveaux porteurs de super-bactéries dangereuses identifiés
    Tags:
    excréments, malbouffe, étude, bactérie, London Metropolitan University, McDonald's, Birmingham, Royaume-Uni, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik