Ecoutez Radio Sputnik
    Océan Atlantique

    L'Atlantique engloutit Saint-Louis du Sénégal et les villages de pêcheurs alentour

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Société
    URL courte
    3214

    Autrefois abritée par la Langue de Barbarie, étroite bande de terre de 30 km de long qui sépare le fleuve Sénégal de l'océan Atlantique, l'ancienne cité coloniale française de Saint-Louis se retrouve aujourd'hui à la merci des vagues qui détruisent des villages entiers, rapporte le site d'actualité Reporterre.

    Saint-Louis du Sénégal subit depuis 15 ans les assauts de l'océan Atlantique dont les flots s'engouffrent dans l'embouchure du fleuve Sénégal et rongent les maisons, malgré la construction d'une digue, décrit le site Reporterre.

    «Les soirs de forte houle, je vais dormir ailleurs. Les vagues tapent la maison et l'eau entre partout. Oui, j'ai peur», a déclaré l'une des habitantes de la ville au site français d'actualité sous-titré «le quotidien de l'écologie».

    Face à des crues importantes du Sénégal, les autorités ont ordonné en 2003 de creuser une brèche de quelques mètres dans la Langue de Barbarie, qui sépare le fleuve Sénégal de l'océan Atlantique, pour permettre aux eaux du fleuve de s'écouler vers la mer. Mais la brèche a commencé à s'élargir, provoquant des changements environnementaux et des destructions, l'érosion côtière rongeant les maisons proches de la plage, est-il expliqué sur ce même site.

    Toujours selon Reporterre, cette situation remet en cause les pratiques profondément ancrées des pêcheurs.

    «Alors que le poisson […] était débarqué le soir sur la plage, il faut désormais remonter le fleuve, et débarquer sur de nouveaux quais construits à cet effet», a expliqué l'un d'eux.

    En outre, Saint-Louis est un important centre touristique et cette industrie fait vivre de nombreux habitants, rappelle Reporterre, évoquant notamment l'Hôtel de la Poste, où étaient descendus les héros de l'Aéropostale en provenance de France, Mermoz ou Saint-Exupéry.

    Dans cette situation, l'État sénégalais et la municipalité ont décidé en 2010 de construire une digue, mais, au début de l'année 2018, l'ouvrage a été submergé par des vagues de 3 à 4 mètres de haut et la digue a commencé à s'affaisser, rappelle Reporterre.

    Aujourd'hui, la mer arrive au pied des habitations et menace plus de 30.000 personnes. En effet, Guet Ndar, l'un des trois villages de pêcheurs de Saint-Louis avec Santhiaba et Goxu Mbacc, présente la particularité d'abriter la deuxième plus forte densité de population au monde, après Calcutta. C'est l'un des premiers villages de réfugiés climatiques où 300 personnes vivent sous des tentes de l'Onu, sans eau ni électricité, apprend-on sur le site.

    «De toute façon, les experts prédisent que dans 15 ou 20 ans, la Langue aura totalement disparu», a déclaré à Reporterre, sous couvert de l'anonymat, un adjoint au maire de Saint-Louis, ajoutant que «la gestion de cette situation, unique au monde, posait d'immenses problèmes d'argent et d'organisation».

    La situation devient également dangereuse pour les animaux. En effet, le parc national de la Langue de Barbarie, situé près de l'embouchure du fleuve Sénégal, est notamment connu pour son «île aux oiseaux» où des milliers d'oiseaux migrateurs s'installent le temps de la nidification, est-il également souligné dans ce reportage.

    «Ici, l'océan fait vivre tout le monde et la nature offre un spectacle unique», a indiqué à Reporterre un habitant, soulignant que les pêcheurs ne voudraient jamais partir.

    Pourtant, des vedettes de la douane espagnole patrouillent régulièrement la région à la recherche de pirogues chargées de migrants qui tentent de rejoindre l'Europe via les îles des Canaries, note le site.

    Fondée par les colons français au XVIIe siècle, Saint-Louis fut la capitale du Sénégal de 1872 à 1957 et joua un rôle culturel et économique important dans toute l'Afrique occidentale. Classée au patrimoine mondial de l'Unesco, elle reste toujours un grand centre touristique grâce à sa situation unique — sur une île à l'embouchure du fleuve Sénégal —, son système de quais et son architecture coloniale caractéristique.

    Lire aussi:

    Best of 2017: quand la qualification des Lions de la Teranga booste le Sénégal
    Comment l’ambassadeur du Sénégal en Russie qualifie les liens entre Dakar et Moscou
    La qualification du Sénégal va booster le développement du pays et de son football
    Tags:
    destruction, réchauffement climatique, pêcheur, oiseaux migrateurs, parc national, industrie du tourisme, plage, inondation, vague, UNESCO, Antoine de Saint-Exupéry, Calcutta, France, île Saint-Louis, Sénégal, Atlantique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik