Ecoutez Radio Sputnik
    Le passage devastateur d'un tsunami en Indonésie

    Le nombre de victimes du tsunami en Indonésie monte à 168 (images)

    © REUTERS / Antara Foto/Muhammad Bagus Khoirunas/ via REUTERS
    Société
    URL courte
    109

    168 personnes sont mortes et 745 autres ont été blessées selon un nouveau bilan du tsunami qui a frappé dans la nuit de samedi à dimanche le détroit de la Sonde, en Indonésie.

    Le nombre de personnes tuées par le tsunami qui a déferlé samedi soir sur les rives du détroit de la Sonde, en Indonésie, dépasse les 160. 168 personnes ont péri et 745 autres ont été blessées, selon un nouveau bilan communiqué par l'agence nationale de gestion des catastrophes.

    Trente autres personnes sont portées disparues. Des centaines de bâtiments ont été rasés par la vague née à la suite d'une éruption volcanique, ajoute l'agence. Le bilan humain pourrait encore s'alourdir.

    Le tsunami s'est abattu sur les côtes méridionales de Sumatra et l'extrémité occidentale de l'île de Java aux alentours de 21H30 (14H30 GMT).

    Le tsunami a pu être provoqué par une marée montante anormale due à la nouvelle lune, ajoutée à un glissement de terrain sous-marin dû à l'éruption de l'Anak Krakatoa, petite île du détroit de la Sonde séparant Java et Sumatra, avancent les autorités.

    ​Dans un premier temps, les autorités indonésiennes avaient affirmé que la vague n'était pas un tsunami mais une marée montante, et avait appelé les habitants à ne pas paniquer. Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence nationale de gestion des catastrophes, s'est par la suite excusé sur les réseaux sociaux pour cette erreur.

    Lire aussi:

    «Allahu akbar»: le tout dernier cri du copilote lors du crash du Boeing de la Lion Air
    Le Kremlin réagit à la lettre de Bouteflika à Poutine
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Tags:
    tsunamis, bilan, victimes, détroit de la Sonde, Sumatra, Java, Indonésie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik