Société
URL courte
745
S'abonner

Désireux de savoir où le Père Noël se trouvait le 24 décembre, une petite Américaine a téléphoné au Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord, où Donald Trump et sa femme répondaient aux appels téléphoniques et courriels des enfants. «Tu crois encore au Père Noël?», s’est étonné le Président des États-Unis. Le tout a été filmé.

Comme le veut la tradition, Donald Trump et son épouse, en compagnie de bénévoles, ont répondu le 24 décembre aux appels téléphoniques et courriels des enfants depuis les locaux du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NPRAD), qui suit le Père Noël lors de sa tournée mondiale de livraison de cadeaux.

C'est alors qu'une fillette de sept ans, Coleman, a eu la «chance» d'avoir à l'autre bout du fil le Président des États-Unis pour lui poser une question sur l'endroit où se trouvait à ce moment-là Santa Claus.

​«Joyeux Noël, comment vas-tu? Tu vas bien à l'école?», a d'abord demandé à l'enfant Donald Trump qui n'a pas tardé à exprimer sa surprise.

«Tu crois encore au Père Noël? C'est bizarre, à ton âge, non?», telle a été la réaction du Président américain.

Outre Donald et Melania Trump, environ 1.500 bénévoles ont pris part à cet événement qui s'inscrit dans une tradition qui existe aux États-Unis depuis plus de 50 ans et s'appelle la traque du Père Noël. Elle est suivie en direct sur les écrans radar et est diffusée en temps réel sur le site www.noradsanta.org et le compte Twitter @NoradSanta.

Lire aussi:

«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
Tags:
appel, cadeau, traditions, enfants, Melania Trump, Père Noël, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook