Ecoutez Radio Sputnik
    Prison

    Elle se fait passer pour un homme pour soutirer de l'argent à son amie

    © Sputnik . Denis Voroshilov
    Société
    URL courte
    316

    Très bonne comédienne de nature, une Espagnole décide de tromper son amie en se faisant passer pour un jeune Italien, afin de lui extorquer de l'argent. Une escroquerie qui lui a valu cinq ans de prison...

    Un tribunal espagnol a condamné à près de cinq ans de prison une habitante de Valence, qui se faisait passer pour un jeune Italien malade. Tout cela, afin d'extorquer de l'argent à son amie, annonce l'agence Europa Press.

    Selon cette dernière, en 2016, la condamnée a persuadé sa copine de faire la connaissance, via les réseaux sociaux, d'un jeune Italien, dont elle avait en fait inventé elle-même l'existence.

    Une fois la copine liée d'amitié avec ce Roméo fantasmatique, l'escroc lui a annoncé que «le jeune homme» souffrait de leucémie et avait besoin d'argent pour acheter deux smartphones, des vêtements et un ventilateur qui lui serviraient à l'hôpital.

    La jeune femme s'est avérée compatissante et a dépensé 600 euros pour les achats, en plus du transfert de 500 euros supplémentaires sur le compte de son nouvel ami.

    Plus tard, un rendez-vous a été pris. La «condamnée», qui contrefaisait une voix masculine et un accent italien, a demandé à sa copine de se bander les yeux, soi-disant pour ne pas voir son état maladif. Celle-ci ayant accepté de le faire, l'escroc s'est livrée à des attouchements sur sa personne. La jeune victime s'est finalement enfuie.

    Après avoir passé cinq ans en prison, la comédienne en passera encore cinq sous la surveillance des forces de l'ordre, indique l'agence de presse.

    Lire aussi:

    Ornella Muti voit sa condamnation adoucie pour son dîner avec Vladimir Poutine
    Un adolescent de 16 ans abat sa famille durant le réveillon du Nouvel An
    «Plus rentable que la prostitution». Combien touchent les amis à louer
    Tags:
    tribunal, prison, Valence
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik