Société
URL courte
146
S'abonner

La Belgique et la France relèvent le défi de ne pas boire d’alcool pendant le mois de février. La Belgique poursuit le projet Tournée minérale, alors que les Français, inspirés par l’initiative britannique Dry January, sont motivés à prolonger le challenge un mois de plus.

La Fondation contre le cancer de Belgique invite tous les Belges à passer le mois de février en état de sobriété en participant à la 3e édition du projet Tournée minérale. Les deux premières éditions ont connu un fort succès depuis 2017. D'après une enquête du bureau d'étude Indiville, les participants ont affirmé être heureux de leur expérience. Un Belge sur cinq a pris part à Tournée minérale, dont 92% souhaitent rejoindre le mouvement cette année.

Pour participer, il faut s'inscrire en ligne pour composer son équipe d'entraide. Le site internet propose également aux personnes ayant relevées le défi des recettes de cocktails non-alcoolisés ainsi que de multiples conseils sur comment se motiver et s'abstenir d'alcool pendant 30 jours sans craquer.

Cette année, la France a repris une autre initiative, celle du Dry January («Janvier sec»), venue du Royaume-Uni, où elle existe depuis plusieurs années. L'idée de la campagne consiste à ne pas boire d'alcool pendant tout le mois de janvier. Ce 31 janvier, le projet tirant à sa fin sera prolongé au mois de février. Des utilisateurs francophones de réseaux sociaux, à côté de multiples anglophones, annoncent leur désir de continuer à limiter leur consommation d'alcool avec le hashtag «DryFebruary».

​Le groupe d'entraide français «Janvier sobre!» sur Facebook compte autour de 500 membres qui ont relevé le défi. Cependant, la consommation d'alcool n'est pas strictement interdite pour les participants. Il leur est autorisé de boire deux verres par jour mais pas tous les jours. Une des membres a confié à la fondatrice du groupe Laurence Cottet: «Je n'ai pas bu en un mois ce que j'aurais bu en trois jours», relate-t-elle dans une interview accordée à la Radio chrétienne francophone (RCF).

Cette vie sobre réjouit les participants qui laissent leurs réactions et commentaires: «Quelle découverte extraordinaire! Je suis de meilleure humeur et développe vraiment d'autres passions qui ne me donnent plus de maux de tête. Ce challenge m'a fait me rendre compte de ma consommation d'alcool et j'ai maintenant énormément de plaisir à marier la gastronomie et le thé quel que soit sa couleur! Merci Janvier sobre et merci le groupe pour vos témoignages!».

«Sur le plan émotionnel: meilleure humeur, meilleure motivation, meilleure joie de vivre, meilleur optimisme… Sur le plan mental: meilleure concentration, meilleure réflexion, meilleure déduction, meilleure réactivité, meilleure persévérance…»

Des utilisateurs de Twitter publient aussi leurs témoignages plutôt humoristiques après un mois sans alcool.

​Inspiré de cette expérience, le ministère français de la Santé est en train de préparer une campagne dans le même sens, qui sortira en mars, informe Europe 1. Selon les médias, la campagne sera fondée sur les avantages d'une consommation modérée d'alcool qui pourrait être exprimée par la fameuse phrase: «Un verre, ça va… Trois verres, bonjour les dégâts».

Outre des utilisateurs de réseaux sociaux annonçant leur volonté de passer le mois suivant sans alcool, la Société canadienne du cancer lance un appel pour un Dry February afin de collecter des fonds pour les personnes atteintes du cancer.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Coronavirus: l'épidémie «s'accélère», la situation est «grave», selon Xi Jinping
Tags:
campagne, challenge, Français, étude, alcool, ministère français de la Santé, Facebook, Inc, Royaume-Uni, Canada, Belgique, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik