Ecoutez Radio Sputnik
    Un homme qui broie du noir

    En temps de crise, beaucoup d’Italiens n’arrivent pas à «surmonter leur dépression»

    CC0 / Fotorech
    Société
    URL courte
    307

    Depuis le début de la crise qui a éclaté en Italie en 2012, 988 personnes ont mis fin à leurs jours et 717 autres ont tenté de se suicider pour des raisons économiques, selon l’observatoire d’une université romaine. Sputnik en a discuté avec le psychiatre Salvatore Di Salvo, président de l’Association pour la recherche sur la dépression de Turin.

    Plusieurs facteurs sont à l'origine des tentatives de suicide, qu'il s'agisse d'une prédisposition individuelle, d'événements négatifs dans la vie d'un individu ou de sa profonde incertitude quant à son avenir, a indiqué à Sputnik le psychiatre Salvatore Di Salvo, président de l'Association pour la recherche sur la dépression de Turin.

    «La dépression naît d'un ensemble d'éléments. En Italie, nous nous trouvons depuis de longues années dans une situation socio-économique difficile. Aussi, les personnes ayant perdu le travail ou leur propre affaire peuvent-elles avoir des réactions explosives, n'ayant pas les instruments nécessaires qui leur permettraient de surmonter leur dépression», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter qu'en fonction de son génotype, toute personne réagissait différemment aux événements qui se produisaient dans sa vie.

    «Autrement, pendant la crise économique, absolument tous auraient plongé dans une profonde dépression. […] La personne prédisposée à la dépression doit le savoir. Cela n'est pas facile, mais les proches et les médecins peuvent l'aider dans des situations pareilles. Malheureusement, quand il s'agit de tels phénomènes pathologiques, on se heurte à un manque d'informations et à des préjugés», a déploré l'Italien.

    Et de prévenir qu'il arrivait que la dépression d'une seule personne se répercute négativement sur la qualité de vie de toute sa famille.

    «En fournissant les informations nécessaires, on pourrait aider beaucoup de malades», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Les observateurs constatent que non seulement en Italie, mais aussi dans l'Union européenne en général, les autorités semblent éviter d'analyser les conséquences des politiques d'austérité drastiques sur les populations des pays les plus affaiblis par la crise économique.

    Lire aussi:

    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    «C’est une réforme pour la précarité»: la bourde de la ministre du Travail
    Tags:
    médecine, malades, informations, suicide, dépression, Union européenne (UE), Association pour la recherche sur la dépression de Turin, Sputnik, Salvatore Di Salvo, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik