Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de Facebook

    Un spécialiste des réseaux sociaux sur Facebook: «son temps est compté»

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Société
    URL courte
    9402

    D’ici quelques années Facebook ne sera plus le réseau social numéro un dans le monde, indique à Sputnik le professeur, spécialiste des réseaux sociaux, Ferran Lalueza. Selon lui, les raisons sont les suivantes: de moins en moins de jeunes veulent être sur Facebook, les utilisateurs n’ont plus confiance en cette plateforme.

    D'ici quelques années, Facebook qui célèbre ses 15 ans, ne sera plus le principal réseau social dans le monde, affirme le professeur de réseaux sociaux de l'Université internationale de Catalogne Ferran Lalueza.

    «Facebook a maintenant une mauvaise réputation, les utilisateurs ne croient pas aux déclarations de Mark Zuckerberg, la confiance en ce réseau continue de chuter», a déclaré l'expert à Sputnik.

    Pourtant, selon Ferran Lalueza, le réseau social a été condamné avant même le scandale lié au transfert de données à caractère personnel de 87 millions d'utilisateurs à la société britannique Cambridge Analytica.

    Le nombre d'utilisateurs actifs du réseau social ne bouge plus ni aux États-Unis, ni en Europe.

    «Lorsque même les adolescents âgés de 13 à 14 ans ne viennent pas sur une plateforme, cela signifie que son temps est compté», a déclaré M.Lalueza.

    Les jeunes ne viennent pas

    L'expert cite trois raisons pour lesquelles les jeunes ne vont plus sur Facebook. Tout d'abord, tout réseau social a un cycle de vie court. Dans ce contexte, Facebook, LinkedIn, Youtube et Twitter sont des exceptions, des «dinosaures d'autres époques». Cependant, en général, les réseaux sociaux ne vivent pas longtemps et sont influencés par les tendances et la mode.

    La deuxième raison est le désir des jeunes d'éviter le contrôle parental. C'est sur Facebook que les générations les plus âgées se sont installées.

    «Les adolescents ont besoin de leur propre environnement pour communiquer avec des amis, hors du contrôle des parents. Lorsque Facebook est apparu pour la première fois, les parents l'ont regardé avec suspicion: ils étaient surpris de pouvoir partager leur vie avec d'autres, mais ils y sont peu à peu allés», explique l'expert.

    La troisième raison est l'évolution de Facebook lui-même au cours des 15 dernières années. Si, au départ, c'était un réseau où les gens partageaient des messages textuels, peu de gens les liront aujourd'hui s'ils ne sont pas accompagnés d'une photo ou d'une vidéo.

    La stratégie de Mark Zuckerberg contre l'effondrement du réseau social

    Selon Ferran Lalueza, pour empêcher l'effondrement du réseau social le plus populaire, M.Zuckerberg ne va pas tenter de faire revenir les jeunes sur Facebook mais développera le réseau social en intégrant diverses plateformes contrôlées par Facebook: Instagram, le réseau le plus populaire parmi les célébrités qui attirent d'autres utilisateurs, et WhatsApp, un service de messagerie qui «commence de plus en plus à rappeler le réseau social».

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    jeunesse, popularité, réseaux sociaux, Facebook, Inc, Espagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik