Société
URL courte
672610
S'abonner

L'inscription «Juden» sur la devanture d'une enseigne Bagelstein a suscité une vive émotion chez de nombreux Français. Une enquête a été ouverte pour «provocation à la haine raciale», tandis que le ministre de l'Intérieur a déclaré que tout serait fait «pour que l'auteur de cette ignominie soit condamné».

Le co-fondateur de Bagelstein, chaîne de restauration rapide spécialisée dans le bagel en France, a déclaré qu'il avait déposé plainte après avoir découvert le mot «Juden» (Juif en allemand) peint en lettres capitales en travers de la vitrine d'une de ses boutiques à Paris.

«Nous avons découvert ce tag samedi matin. Il a probablement été fait dans la nuit de vendredi à samedi», a expliqué à l'AFP Gilles Abecassis, le co-fondateur de la chaîne, précisant que des graffitis similaires avaient déjà été réalisés sur d'autres vitrines.

Le ministre français de l'Intérieur a déclaré qu'il fallait «tout faire pour que l'auteur de cette ignominie soit condamné».

Une enquête a été ouverte pour «dégradations volontaires aggravées» et «provocation à la haine raciale», selon des sources policière et judiciaire, citées par Le Figaro.

Et même si certains accusent les Gilets jaunes, rien ne permet à ce jour d'affirmer que ce sont eux qui ont réalisé ce tag antisémite.

Contacté par CheckNews, le responsable de la boutique a affirmé que le tag n'avait pas été fait pendant la manifestation, mais dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 février.

«Hier matin, à l'ouverture de la boutique, on l'a découvert. Il n'y était pas la veille au soir. Il a été effacé dans l'après-midi, a-t-il noté, cité par Libération. Cela n'a rien à voir avec la manifestation. La manifestation n'est absolument pas passée dans notre quartier, et ce tag de toute façon a été effectué bien avant que la manifestation ne commence».

Le porte-parole du Président de la République n'a pas manqué lui non plus de réagir.

Le patron du parti Les Républicains a souligné que cet incident renvoyait aux «heures sombres» de l'histoire.

Karen Taieb, adjointe à la Maire de Paris chargée du Patrimoine, estime elle aussi que c'est une «honte».

Les internautes ont été très nombreux à réagir.

L'image, prise par un passant, sur laquelle on peut lire Juden a été postée samedi sur Facebook. La boutique ciblée dans la nuit du 8 au 9 février se trouve sur l'Île Saint-Louis.

 

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
La science admet la possibilité «d’attraper» le cancer
Christophe Castaner annonce le retrait «immédiat» de la grenade GLI-F4
Tags:
La Libération, Le Figaro, gilets jaunes, manifestation, enquête, plainte, magasin, Les Républicains (LR), Facebook, Inc, AFP, Christophe Castaner, Benjamin Griveaux, Laurent Wauquiez, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik