Ecoutez Radio Sputnik
    Un retraité à Berlin (Archiv)

    Allemagne: un retraité obligé de quitter son appartement pour y loger des migrants

    © AFP 2019 John MACDOUGALL
    Société
    URL courte
    19567

    Un retraité allemand se voit contraint de quitter l’appartement où il vit depuis 24 ans. La raison? La municipalité souhaite y accueillir des réfugiés. L’homme devra donc louer un appartement plus petit pour le même prix. Peter Keck, porte-parole du district d'Esslingen, a donné à Sputnik son avis sur cette affaire.

    Klaus Roth, un retraité allemand de 74 ans, doit quitter l'appartement où il habite depuis 24 ans et qui accueillera des migrants, rapporte le magazine allemand Bild.

    Le retraité louait cet appartement de 150 mètres carrés à la communauté de Neckartailfingen, où il a élevé ses trois enfants et vit depuis avec sa partenaire.

    Dans le même temps, la localité doit accueillir de nouveaux migrants. Le seul inconvénient est que Neckartailfingen ne dispose d'aucun autre logement pouvant accueillir jusqu'à dix réfugiés.

    Klaus Roth et sa partenaire ont donc été priés de déménager dans un appartement de plus petite taille, mais au loyer semblable. En tant que chauffeur pour la Nursing Association, Klaus Roth participe activement à la vie sociale de sa communauté, apportant son aide aux personnes âgées et aux réfugiés.

    Sputnik n'a réussi à contacter ni le retraité, ni la communauté en question.

    Cependant, nos journalistes ont interrogé Peter Keck, porte-parole du district d'Esslingen, arrondissement où se trouve Neckartailfingen.

    Ainsi, Peter Keck a expliqué que les comtés du Bade-Wurtemberg répartissent les réfugiés des centres d'accueil en fonction de la taille des communes. En outre, le porte-parole a précisé que les villes et villages étaient préalablement informés du nombre de personnes qu'ils devaient héberger.

    «La communauté Neckartailfingen sait probablement déjà depuis plus d'un an combien de réfugiés elle doit accueillir», a-t-il affirmé.

    Interrogé sur le cas spécifique de Klaus Roth, obligé de déménager au profit de l'accueil de migrants, M.Keck a déclaré que cette décision avait été prise par le conseil local, mettant en avant le manque de logements.

    «Toute communauté de notre district pourrait prétendre à une pénurie de logements», a-t-il poursuivi.

    Peter Keck a également mis en lumière le fait que Neckartailfingen accueillait peu de réfugiés, son taux s'élevant à 0,2% de la population cette année, soit huit réfugiés pour 4.000 habitants.

    En 2020, ce nombre devrait atteindre 0,1% de la population, soit quatre réfugiés, a-t-il conclu.

    Le dénouement de l'affaire de Klaus Roth n'est pas encore connu. Par le passé, différents rapports ont fait état de personnes devant quitter leur foyer pour laisser leur place à des réfugiés. Certains cas se sont avérés faux, comme ce message qui circulait à l'automne 2015 sur Facebook et prétendait que les résidents d'une maison de retraite devaient quitter l'établissement pour que des réfugiés y soient hébergés. Il s'est finalement avéré que la décision de fermer la maison de retraite avait été prise beaucoup plus tôt et que les retraités avaient obtenu des places dans des maisons de retraite plus modernes.

    Cependant, il existe aussi des cas réels où les autorités locales avaient mis fin aux contrats de location des certains locataires, les chassant ainsi de leur foyer au profit de réfugiés. En 2016, par exemple, dans la petite ville de Rhénanie du Nord-Westphalie, la municipalité, sous la pression de la crise migratoire, avait mis deux femmes à la rue.

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Encore un pays européen qui promet de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Tags:
    réfugiés, retraité, appartement, migrants, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik