Société
URL courte
51252
S'abonner

Quelques centaines de manifestants pro-palestiniens se sont rassemblés jeudi à Casablanca pour protester contre un concert d'Enrico Macias accusé de soutenir la politique d'Israël. Toutefois, le chanteur français a tout de même pu donner son récital.

Plusieurs centaines de militants pro-palestiniens ont protesté jeudi au Maroc contre un concert du chanteur français Enrico Macias.

«Il est le fer de lance de l'avancée sioniste dans le monde. Il est engagé dans le projet sioniste et il soutient ouvertement l'armée israélienne», a déclaré Saadia El Ouallous, membre de la Coalition nationale pour la Palestine, à l'AFP qui rappelle que l'association avait dernièrement appelé à boycotter le concert, affirmant que le chanteur était un «défenseur inconditionnel de l'occupation de la Palestine».

Le concert, organisé dans une salle de cinéma de Casablanca, a eu lieu malgré la présence de manifestants qui scandaient «Dégage Macias», «Jérusalem aux Palestiniens» ou «Dehors les sionistes».

Les protestataires ont également brandi des pancartes dénonçant la possible venue au Maroc du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, évoquée en janvier dans les médias locaux sans aucune confirmation officielle, a ajouté l'AFP.

15 jours avant son concert, Enrico Macias avait déjà déclaré qu'il ne cèderait pas à une menace de boycott.

«Ma victoire, ce sera d'aller chanter à Casablanca parce que je connais le peuple marocain, le public marocain […]. Ce n'est pas pour quelques individus qui veulent me faire du mal que je vais changer d'avis sur la tolérance du Maroc», avait-il indiqué aux Grandes Gueules de RMC.

Enrico Macias, qui se revendique comme «juif berbère arabe» est né en Algérie, mais a dû quitter le pays avec sa famille en 1962 lors de la campagne de rapatriement des Français d'Algérie.

Lire aussi:

La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
L'armée US reconnaît que sa dernière frappe à Kaboul était une erreur avec «un bilan tragique»
Tags:
Maroc, Casablanca, Algérie, France, Palestine, Jérusalem, Enrico Macias, Benjamin Netanyahou, AFP, radio RMC, concert, sionisme, occupation, rapatriement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook