Ecoutez Radio Sputnik
    Meghan Markle

    L’appel de Meghan Markle à «décoloniser les programmes universitaires» fait polémique

    © AP Photo / Alastair Grant
    Société
    URL courte
    17928
    S'abonner

    La duchesse de Sussex a encouragé des étudiants et des professeurs noirs du Royaume-Uni à «décoloniser les programmes universitaires» en raison d’une disproportion ethnique en faveur des professeurs «blancs, pâles et usés», a indiqué The Daily Mail. Des internautes ont vivement réagi en incitant la famille royale à ne pas se mêler de politique.

    Meghan Markle parraine quatre organisations, selon le palais de Kensington: le Royal National Theatre, l'Association des universités du Commonwealth, The Mayhew Animal Home et Smart Works. Elles ont été choisies en tant que «causes et problèmes auxquels [Meghan] a été longtemps associée».

    Et voilà récemment la duchesse de Sussex a exprimé son soutien à la campagne menée par des professeurs et des étudiants noirs visant à «décoloniser les programmes universitaires» au Royaume-Uni, signale The Daily Mail.

    Le mouvement cherche à «confronter des héritages de l'Empire» aux professeurs «blancs, pâles et usés» pour assurer la diversité dans le milieu universitaire. Selon des médias britanniques, lorsque l'épouse du prince Harry a vu un rapport statistique, elle s'est exclamée: «Oh, mon Dieu!»

    «Elle a été vraiment surprise, elle a dit «oh, mon dieu, vraiment, nous devons en obtenir une photo», a déclaré Rachel Cowan, chargée des minorités ethniques et du personnel féminin à l'Université de Manchester.

    Par exemple, en 2018, selon les données d'un rapport statistique sur le personnel de l'enseignement supérieur, sur 14.205 professeurs masculins, plus de 12.000 étaient de race blanche et que 90 seulement étaient noirs.

    De nombreux utilisateurs des réseaux sociaux ont exprimé leur frustration en comprenant que Mme Markle était entrée en politique et ont suggéré que les membres de la famille royale devraient éviter toute action politique:

    «​Je ne conteste pas le fait qu'il peut y avoir une disparité disproportionnée dans la composition ethnique de bon nombre de nos universités, mais Meghan, veuillez rester en dehors des questions politiques.»

    «Si c'est vrai, je prédis que la famille royale britannique ne restera longtemps en place. Ils ne doivent pas se mêler de politique pour ne pas plonger dans une guerre culturelle.»

    «​La famille royale ne devrait s'aventurer dans aucune affaire politique… dangereux.»

    Certains estiment que les gens devraient être embauchés en fonction de leurs mérites sans distinction de race, de sexe ou d'orientation sexuelle:

    «​Pourquoi devraient-ils obtenir des emplois dans les universités simplement parce qu'ils sont noirs? Ils devraient être embauchés s'ils sont les candidats les plus appropriés pour les postes au regard de leur formation et de leur parcours professionnel et non en raison de leur couleur de peau.»

    «​Pour l'amour de Dieu, arrêtez cette idée ridicule. Recrutez au mérite, qu'ils soient noirs, blancs, jaunes, gais, hétérosexuels… MM et ceux qui pensent comme elle creusent un écart et créent la méfiance.»

    C'est la première initiative politique de la duchesse de Sussex qui a soutenu ainsi la campagne du retrait des monuments de Cecil Rhodes des campus du Royaume-Uni. Cecil Rhodes était un homme politique, archétype du colonialiste anglais et fondateur des bourses scolaires universitaires destinées aux étudiants les plus méritants.

    Pendant sa visite à l'université de Londres à la fin du mois de janvier, Meghan Markle a notamment encouragé des étudiants à «ouvrir une conversation» sur la «décolonisation» des programmes universitaires pour éviter de «continuer à faire comme avant» parce que «cette démarche peut parfois être désuète qu'il faut mettre à jour».

    Tags:
    critiques, politique, réaction du Net, polémique, Blancs, Noirs, université, diversité, réaction, internautes, Meghan Markle, Sussex, Royaume-Uni, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik