Ecoutez Radio Sputnik
    Un charnier contenant les restes de 600 personnes découvert à Brest

    Un charnier contenant les restes de 600 personnes découvert à Brest

    © Fotolia / Meisone
    Société
    URL courte
    381337

    Des ouvriers ont découvert un charnier recelant les corps de plusieurs centaines de personnes fusillées pendant la Seconde Guerre mondiale dans la ville biélorusse de Brest. Le quartier abritait un ghetto juif, expliquent les autorités.

    Les restes de plus d'un demi-millier de personnes ont été retrouvés sur le chantier d'un quartier résidentiel dans la ville biélorusse de Brest, ont annoncé les autorités municipales.

    «Plus de 1.000 victimes du fascisme sont probablement enterrées dans ces lieux. Une quarantaine de corps sont remontés quotidiennement», a fait savoir Alla Kondak, chargée de la culture à l'administration de la ville.

    Le charnier, sur le territoire d'un ancien ghetto juif, a été découvert en janvier lorsque les ouvriers ont commencé à creuser pour asseoir les fondations des nouveaux lotissements.

    Près de 800.000 juifs ont perdu la vie pendant la Seconde Guerre mondiale dans les ghettos de Biélorussie, envahie en 1941 par l'Allemagne nazie.

    Le ghetto juif de Brest comptait, selon différentes sources, quelque 20.000 personnes. Près de 17.000 d'entre eux ont été fusillés en octobre 1942. Le sort d'autres prisonniers reste inconnu. Les témoins se rappellent que durant un mois, les nazis ont fusillé quotidiennement des gens. Des restes humains ont été retrouvés à plusieurs reprises dans ce quartier, que l'on a ensuite pris soin d'enterrer convenablement dans des fosses communes de différents cimetières.

    Lire aussi:

    L’humoriste proche de Macron Yassine Belattar a été placé en garde à vue
    Plusieurs Roms lynchés dans les banlieues de Paris pour des fausses rumeurs (vidéos choc)
    Souveraineté d’Israël sur le Golan: Riyad commente la décision de Trump
    Tags:
    charnier, nazis, Juifs, Seconde Guerre mondiale, Brest (Biélorussie), Biélorussie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik