Ecoutez Radio Sputnik
    Prison

    En France, un détenu jette une casserole d'eau bouillante au visage d'un surveillant

    CC0 / Pixabay / ErikaWittlieb
    Société
    URL courte
    448

    Un surveillant d'une prison dans l'Indre a reçu samedi de l'eau bouillante en plein visage de la part d'un détenu. Gravement brûlé, il a été transporté aux urgences, a relaté France Bleu Berry.

    Un détenu de la prison de Saint-Maur, dans l'Indre, a déversé samedi une casserole d'eau bouillante sur un surveillant, a indiqué France Bleu Berry.

    Alors que trois agents faisaient le tour des cellules, un détenu les a surpris à sa porte avec une casserole d'eau bouillante qu'il a jetée au visage de l'un d'eux, a précisé la radio.

    Le blessé, qui a eu de sérieuses brûlures au visage et aux épaules, a été emmené aux urgences. Selon le syndicat Force ouvrière pénitentiaire, il a eu huit jours d'incapacité totale de travail.

    Toujours selon France Bleu Berry, ce détenu aurait déjà agressé des surveillants par le passé.

    «S'il est dans un quartier d'isolement, il ne doit pas avoir de plaque chauffante et on évitera des agressions comme celle-ci», a expliqué Frédéric Stoll, délégué régional Force ouvrière pénitentiaire, cité par la radio.

    France Info, qui a contacté l'administration pénitentiaire, a ajouté pour sa part que le détenu, placé en quartier disciplinaire, présentait des problèmes psychologiques et était connu pour des agressions de surveillants.

    Force ouvrière et la CGT réclament que le détenu soit jugé en comparution immédiate pour agression sur personne dépositaire de l'autorité publique.

    Lire aussi:

    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Tags:
    cellules, agression, brûlures, prisonniers, Franceinfo, France Bleu, CGT, Force ouvrière (FO), France, Indre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik