Ecoutez Radio Sputnik
    Cimetière du Père Lachaise

    L’Ukraine veut reprendre au cimetière du Père Lachaise les cendres de l'anarchiste Makhno

    © AFP 2019 LUCAS BARIOULET
    Société
    URL courte
    8317

    Afin d’attirer de potentiels touristes, l’Ukraine souhaite récupérer les cendres de l'anarchiste Nestor Makhno, qui se trouvent actuellement au cimetière du Père Lachaise. Cependant, selon un média ukrainien, la diaspora ukrainienne en France est opposée au retour de l’urne funéraire dans son pays d'origine.

    Les autorités de la ville ukrainienne de Gouliaïpole ont annoncé vouloir reprendre les cendres de l'anarchiste Nestor Makhno, lesquelles se trouvent au cimetière du Père Lachaise à Paris, a annoncé le chef de l'administration de la ville, Alexandre Ichtchenko, dans une interview donnée à Gulyajpole.city.

    «Nous avons préparé tous les documents nécessaires pour le transport des cendres de Nestor Makhno à Gouliaïpole… De notre côté, tous les documents sont prêts, il y a une déclaration du petit-neveu de Nestor Makhno sur le retour des cendres de son ancêtre», a-t-il précisé.

    Selon M.Ichtchenko, les autorités locales attendent actuellement une réponse du côté français.

    «Notre marque est Nestor Makhno, une figure historique de classe mondiale. Par conséquent, les autorités ont déjà développé des projets le long de la route de Nestor Makhno, qui intéresseront les touristes», a-t-il conclu.

    Pour l'instant, les cendres de M.Makhno se trouvent dans une urne installée dans le mur des fédérés du cimetière du Père Lachaise.

    Cependant, selon la publication, la diaspora ukrainienne en France s'oppose au retour des cendres de Makhno dans leur pays d'origine. M. Ichtchenko espère pour sa part que la question sera résolue «au niveau des relations internationales».

    Nestor Makhno était un anarchiste révolutionnaire, chef du mouvement des paysans rebelles de 1918-1921, commandant de l'Armée révolutionnaire insurgée d'Ukraine. Après la victoire sur les contre-révolutionnaires en Crimée, il a refusé de rejoindre l'Armée rouge. Makhno s'est enfui en Roumanie, puis en Pologne, où il a été poursuivi pour avoir organisé des pogroms juifs.

    Il a enfin déménagé en France, où il est mort de la tuberculose à l'âge de 45 ans, en 1934. Il a été enterré à Paris grâce à des fonds recueillis par des anarchistes américains.

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Un dîner en ville qui passe mal
    Tags:
    cendres, révolutionnaire, cimetière, France, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik