Société
URL courte
3123
S'abonner

Attaquées par un lichen qui les ronge, les célèbres statues de l’île de Pâques ont besoin d’un traitement très coûteux. Le British Museum, qui possède l’une de ces figures emblématiques, a été sollicité, relate Reuters.

Elles représentent les ancêtres qui vivaient sur cette île, les Rapa Nui, et constituent donc une valeur historique d'importance. Pourtant, face à un lichen, mariage entre un champignon et une algue, les statues de l'île de Pâques peuvent être endommagées et ont besoin d'un traitement onéreux, selon Reuters

Les statues doivent également faire face à l'érosion côtière, l'élévation du niveau de la mer, les vents violents et les dommages provoquées par le bétail en liberté.

Faute de fonds gouvernementaux consacrés à la préservation du patrimoine de l'île, la communauté tente de trouver une solution toute seule. Elle consacre notamment une grande partie de ses revenus aux mesures de réparation et de protection. Pourtant, la somme à payer pour protéger toutes les statues pourrait s'élever à 500 millions de dollars. D'après les autorités locales et des experts, une aide internationale serait indispensable.

Les autorités de l'île de Pâques et le gouvernement chilien ont donc décidé de proposer au British Museum, qui possède l'une de ces statues, de la conserver en échange de versements réguliers pour assurer l'entretien de ses compagnes sur l'île de Pâques.

«Le musée est désireux de travailler en collaboration avec des partenaires et des communautés du monde entier et se félicite des discussions proposées sur les futurs projets communs avec Rapa Nui», a-t-il déclaré, dans un communiqué envoyé à Reuters.

Lire aussi:

Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Au Cameroun, les mangeurs de chats et de chiens n’en démordent pas…
Tags:
algues, champignons, traitement, menace, statue, British Museum, Chili
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook