Ecoutez Radio Sputnik
    Après une attaque contre une mosquée à Christchurch, en Nouvelle-Zélande

    Nouvelle-Zélande: Twitter diffusait la vidéo de la tuerie des heures après l'attaque!

    © REUTERS / Martin Hunter
    Société
    URL courte
    2412

    Bien que la police néo-zélandaise ait appelé les utilisateurs des réseaux sociaux à ne pas propager la vidéo postée par l’attaquant des mosquées à Christchurch, les tweets qui y étaient liés étaient diffusés encore plusieurs heures après l’attaque. Une spécialiste britannique a commenté le phénomène pour Sputhik.

    Vu l'absence de réaction de Twitter à la vidéo postée par le tireur néo-zélandais, on comprend que les médias sociaux deviennent une nouvelle plateforme pour les manifestations d'extrémisme et que toutes les entreprises de réseaux sociaux sont confrontées à ce problème, a indiqué, dans un commentaire écrit pour Sputnik, l'experte juridique Laura Bliss, de l'université Edge Hill, au Royaume-Uni.

    «Bien que toutes ces sociétés aient conclu des contrats de services, il est clair que des erreurs continuent de se produire. Pour moi, une partie du problème consiste dans le manque de cohérence entre les contrats de service et leur application à des scénarios réels», a estimé la spécialiste.

    Selon elle, Twitter et les autres entreprises de réseaux sociaux doivent être plus ouverts sur la manière dont ils forment leurs modérateurs et sur ce qu'ils font pour résoudre le problème.

    «Je pense qu'il est temps que des codes de conduite universels soient mis en place pour créer une cohérence sur toutes les plateformes», a résumé Mme Bliss.

    Des tirs ont retenti vendredi au moins dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch. La police a désamorcé plusieurs explosifs artisanaux découverts dans des véhicules garés à proximité. Le chef de la police a annoncé 49 morts et des dizaines de blessés.

    Brenton Tarrant, originaire de la ville australienne de Grafton, a ouvert le feu dans l'une des deux mosquées. Il a diffusé l'attaque en ligne après avoir publié un manifeste de 37 pages dans lequel il qualifiait ses actes à venir d'attentats terroristes. Cet homme, connu pour ses opinions d'extrême-droite, est actuellement recherché. 4 personnes soupçonnées d'être mêlées à cette affaire ont été arrêtées.

    Afin d'attirer l'attention des internautes, le tueur a posté sa vidéo sur Facebook, YouTube, Twitter et Instagram.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    tweet, extrémisme, réseaux sociaux, tueur, Twitter, Inc, Sputnik, université Edge Hill, Laura Bliss, Nouvelle-Zélande, Christchurch
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik