Ecoutez Radio Sputnik
    malbouffe

    Ce pays où la malbouffe fait le moins de victimes au monde

    CC BY 2.0 / Agustín Nieto / Burger
    Société
    URL courte
    12619

    Israël, suivi par la France, figure parmi les pays où la mauvaise alimentation a provoqué le moins de décès en 2017, selon une étude parue dans The Lancet. Ces travaux révèlent que 11 millions de décès étaient liés à une mauvaise alimentation cette même année.

    Israël dispose du taux de décès liés à l'alimentation le plus bas au monde, a révélé une étude internationale menée dans 195 pays et portant sur l'alimentation.

    Ces travaux publiés début avril dans The Lancet montrent qu'un décès sur cinq dans le monde, soit 11 millions, était lié à une mauvaise alimentation en 2017. Analysant les causes, les auteurs du rapport évoquent l'excès de sel, de sucre ou de viande ainsi que des carences en noix, graines, lait et céréales complètes.

    Les chercheurs notent d'importantes disparités selon les pays. Israël, suivi par la France, l'Espagne, le Japon et Andorre figurent parmi les pays avec les taux de mortalité liée à la malbouffe les plus bas. À l'inverse, parmi les pays avec les plus importants taux de décès liés à une mauvaise alimentation on trouve l'Ouzbékistan, avec 892 morts pour 100.000 habitants, et l'Afghanistan.

    Aux États-Unis, en Inde et au Brésil, «c'est le fait de ne pas assez manger de noix et de graines qui entraîne le plus de morts».

    Nombre des décès recensés par l'étude ont été provoqués par des maladies cardiovasculaires, d'autres par des cancers et des diabètes de type 2, souvent associés à l'obésité et aux modes de vie (sédentarité, alimentation déséquilibrée).

    Lire aussi:

    Trump menace d'«effacer» l'Iran en cas d'attaque contre les USA
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Tags:
    alimentation, Israël, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik