Ecoutez Radio Sputnik
    Requin, image d'illustration

    Un requin rare aperçu près d’une station balnéaire méditerranéenne (vidéo)

    CC BY 2.0 / Elias Levy / Great White Shark
    Société
    URL courte
    432

    Un requin sombre, rare dans ces eaux, a été aperçu le 8 avril près d’une station balnéaire de la ville de Netanya, en Israël. Un résidant local qui a réussi à le filmer l’a qualifié d’«énorme».

    Un requin sombre, rare dans les eaux méditerranéennes, a été vu le lundi 8 avril à environ 1,5 kilomètre de la côte de Netanya, une station balnéaire située en Israël, annonce le portail Walla!. Selon un résidant local qui a pu le filmer, il était «énorme». Le prédateur aurait mesuré en effet près de trois mètres de long.

    Le média indique que le requin, rare dans ces parages, aurait pu s'y aventurer à la recherche d'eau plus chaude.

    Selon Adi Sharash, président de l'Association israélienne des requins, le squale en question pourrait montrer des signes de maladie, car monter à la surface est inhabituel pour cette espèce.

    En février dernier, le journal The Times of Israel avait déjà annoncé que le nombre de requins présents dans les eaux chaudes de la côte méditerranéenne israélienne avait augmenté de façon régulière au cours de ces dernières années.

    «Depuis maintenant quatre ans, chaque hiver, une colonie de femelles requins sombres et de mâles requins de sable migrent dans une petite zone peu profonde de la mer Méditerranée au large de la ville de Hadera en Israël», avait rapporté Israel21C, cité par Disney Nature.

    Aucune attaque d'humain par des requins n'a été enregistrée en Israël depuis plusieurs décennies.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Un séisme de magnitude 6,9 a frappé le Japon, l'évacuation de la population en cours après une alerte au tsunami
    Téhéran répond aux déclarations des USA qui menacent l’Iran d’une guerre
    Tags:
    station balnéaire, requins, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik