Ecoutez Radio Sputnik
    Un chien (image d'illustration)

    Un lien entre posséder des chiens et la santé de leurs propriétaires établi par une étude

    CC0 / pasja1000 / Chien
    Société
    URL courte
    190
    S'abonner

    Les normes d’activité physique sont remplies quatre fois plus souvent par les propriétaires de chiens au Royaume-Uni, ont révélé des chercheurs de l’université de Liverpool, apprend-on d’un communiqué de presse sur Medical Xpress.

    Des scientifiques de l'université de Liverpool ont découvert que les propriétaires de chiens respectaient quatre fois plus souvent les normes en matière d'activité physique que les personnes sans animal domestique. Le communiqué de presse de l'étude a été publié sur Medical Xpress.

    Les données en matière d'activité physique ont été recueillies auprès de 646 personnes adultes et 46 enfants habitant le Cheshire West, en Angleterre. Le nombre de propriétaires de chiens était de 191. Il a été révélé que 64% de ces derniers se promenaient au moins 150 minutes par semaine, ce chiffre dépassant la durée moyenne des promenades de ceux qui n'avaient pas d'animal domestique.

    En outre, les gens qui promènent leurs chiens pratiquaient d'autres formes d'activité physique. Selon les scientifiques, ces données démontrent que le fait d'avoir un chien pousse son propriétaire à mener une vie active.

    Cependant, seulement 27% des propriétaires de chiens accomplissent les normes en matière d'activité physique aux États-Unis, selon des études précédentes. Ceci est expliqué par le fait que les Américains prennent plutôt des chiens dont les races sont caractérisées par l'indépendance.

    Les médecins conseillent de consacrer au moins deux heures et demie par semaine à l'activité physique. Il n'en demeure pas moins que 66% des hommes et 58% des femmes respectent cette recommandation au Royaume-Uni et moins de 50% des adultes aux États-Unis.

    Tags:
    activité physique, santé, chiens, propriétaire, États-Unis, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik