Ecoutez Radio Sputnik
    Pamela Anderson

    Pamela Anderson adresse un message aux activistes français de la cause animale

    © Sputnik . Anton Denisov
    Société
    URL courte
    8134

    Connue pour ardemment défendre la cause animale, Pamela Anderson a appelé, sur son Instagram, la France à arrêter l’élevage des animaux à fourrure et a remercié «tous les activistes français» tentant d’y contribuer.

    Sur son Instagram, Pamela Anderson a attiré l'attention sur les fermes d'animaux à fourrure en évoquant les souffrances des visons. Elle a souligné que la France devait interdire, comme l'ont fait certains pays européens, l'élevage des animaux et a adressé des remerciements aux activistes français militant en ce sens.

    «Je suis avec tous les activistes en France (https://www.combactive.fr/) travaillant pour mettre un terme à l'élevage des animaux à fourrure. Les visons dans les fermes d'animaux à fourrure mènent leurs courtes vies entassés dans des cages grillagées sales et privés de tout ce qui est naturel et important pour eux», a-t-elle écrit.

    La star a également souligné que «cette industrie cruelle n'a pas sa place dans une société civilisée et progressiste».

    «D'autres pays en Europe dont l'Autriche, le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont interdit l'élevage des animaux à fourrure. La France devrait les rejoindre et fermer les fermes d'animaux à fourrure, et non pas les élargir», a-t-elle résumé.

    Pamela Anderson a inséré dans sa publication un lien vers le site de l'association Combactive qui se définit comme une organisation «œuvrant pour la protection de la nature et les droits des animaux».

    Lire aussi:

    L’Onu dit détenir des preuves de l’implication du prince héritier saoudien dans le meurtre de Khashoggi
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    défenseurs des animaux, remerciements, activistes, animaux, Pamela Anderson, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik