Société
URL courte
10229
S'abonner

Un journaliste de RTL et son cameraman, en train de couvrir les conditions d’hygiène décriées de la gare de Bruxelles-Nord, ont été agressés sur les lieux. Par ailleurs, des arrêts de bus de cette gare ne seront plus desservis par les chauffeurs de la société flamande De Lijn à cause de cas de tuberculose et de gale enregistrés chez des migrants qui y séjournent.

Une équipe de RTL, qui s’était déplacée à la gare de Bruxelles-Nord pour les besoins d’un reportage sur les conditions d’hygiène lamentables des lieux, a été agressée. Le journaliste et le caméraman ont été obligés de fuir. Les séquences qu’ils ont pu tourner montrent d’énormes piles de déchets et des gens dormir sur le sol.

Plus tôt, par crainte des maladies, les chauffeurs de bus de la société de transport en commun flamande De Lijn ont annoncé leur intention de ne plus desservir plusieurs arrêts de la gare de Bruxelles-Nord, selon des médias belges.

C’est depuis plusieurs mois qu’ils se plaignent du manque d’hygiène et de sécurité qui y règnent, le quotidien belge Het Laatste Nieuws évoquant des cas de gale, de tuberculose et de malaria chez des migrants en transit y séjournant. «Cela va de mal en pis. La direction doit trouver une solution», a déclaré Rita Coeck, du syndicat socialiste ACOD, citée par des médias locaux.

Les syndicats, qui ne veulent pas viser les migrants en tant que tels mais l’insalubrité des lieux, ont indiqué que ces mesures resteront en vigueur jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.

Lire aussi:

Comment éviter l’«effondrement» de la France qui vient? Laurent Obertone donne ses 10 lois «pour vaincre» – vidéo
Un certain nombre de départements français vont introduire un couvre-feu, selon le gouvernement
Radicalisme religieux: l’islamisme qui cache la forêt?
Ankara dit être prêt à envoyer des troupes au Haut-Karabakh si Bakou le demande
Tags:
migrants, maladies, tuberculose, situation sanitaire, Belgique, Bruxelles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook