Ecoutez Radio Sputnik
    un musulman lit le Coran, image d'illustration

    Elle préfère faire le ramadan «à Paris plutôt qu’à Casablanca»

    © AFP 2019 Mahmoud KHALED
    Société
    URL courte
    91314

    «Ici, je jeûne pour moi, pas pour les autres, personne ne me stresse, personne ne veut me prouver qu’il est bon musulman»: une caissière parisienne, ressortissante du Maroc, a expliqué dans une interview préférer faire le ramadan à Paris plutôt que dans son pays natal à cause de «l’ambiance électrique» qui y règne.

    Caissière dans un petit supermarché parisien, Fatiha a expliqué dans une interview accordée au site marocain Le360 comment elle faisait le jeûne du ramadan loin du Maroc, son pays natal. Elle a confié préférer le faire à Paris: «Je préfère de loin faire le ramadan ici plutôt que chez moi à Casablanca!».

    Pour Fatiha, «personne n’avait le droit de la juger» dans la capitale française.

    «Ici, je jeûne pour moi, pas pour les autres, personne ne me stresse, personne ne veut me prouver qu’il est bon musulman. Dans mon travail, je ne change rien, personne ne peut savoir si je jeûne ou non. Même si certains imaginent que je fais le ramadan, ils ne font aucun commentaire. Jeûner est une affaire qui ne regarde que moi. Personne n’a le droit de me juger ou de me dire comment m’habiller durant ce mois particulier», a-t-elle expliqué.

    La femme déclare de plus ne pas supporter la nervosité des personnes faisant le ramadan à Casablanca, où «l’ambiance est électrique» dans la journée. Fatiha parle d’abord de l’agressivité, surtout de la part des fumeurs qui ne supportent pas la privation du tabac durant plusieurs heures et de la mauvaise humeur de ceux qui ont mal dormi et qui sont obligés d’aller travailler.

    «On dirait qu’ils jeûnent malgré eux, comme s’ils étaient condamnés à cesser de manger et de boire du lever du soleil à son coucher […] En fin de journée vous avez ces foules qui se précipitent au marché pour acheter de la chébakia [une pâtisserie marocaine très sucrée, ndlr]. Au moment du ftour [le repas pris chaque soir par les musulmans au coucher du soleil pendant le mois du ramadan, ndlr], ils se jettent sur ces trucs qui font mal à la santé, après on s’étonne que beaucoup de Marocains souffrent de diabète… Le soir, c’est une ambiance de fête, les cafés sont pleins, les embouteillages sont partout, bref ce n’est pas mieux que durant la journée», raconte-t-elle.

    Elle a ensuite déclaré que c’était «la spiritualité qui caractérise ce mois sacré» qui lui manquait le plus.

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une violente bagarre éclate en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    jeûne, ramadan, musulmans, Maroc, Casablanca
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik