Société
URL courte
7622
S'abonner

Plus de 75 universités organisent désormais des cérémonies de remise des diplômes réservées aux Noirs, constate un rapport d’une association estudiantine, selon laquelle il s’agit d’un «terreau de conflit racial dans la société américaine», d’une néo-ségrégation.

Ce mois-ci, des dizaines d'universités à travers le pays, allant d'écoles privées de haut niveau aux institutions publiques, organisent des cérémonies de remise des diplômes séparées et des célébrations pour leurs diplômés noirs, fait savoir l’association de presse gratuite pour étudiants The College Fix.

Ces cérémonies supplémentaires sont volontaires et sont offertes en plus des cérémonies de remise des diplômes régulières des universités. Parfois, elles sont co-hébergées par des centres de ressources de campus noirs et divers départements universitaires. Elles servent à donner des honneurs supplémentaires et une reconnaissance aux étudiants noirs qui obtiennent leur diplôme.

La popularité de ces cérémonies séparées semble également augmenter. Un nouveau rapport de l’Association nationale des étudiants, qui a examiné 173 écoles, a révélé que 76 d’entre elles, soit 44%, offrent de telles cérémonies.

Beaucoup d'autres offrent également des événements similaires pour les populations étudiantes latino-américaines ou LGBTQ. Harvard a également lancé cette année une «UndocuGraduation» pour les étudiants qui se trouvent illégalement dans le pays.

En ce qui concerne les universités de premier plan dans lesquelles sont tenues des cérémonies pour les diplômés noirs, on y trouve entre autres les universités de San Diego, Harvard, Stanford, Berkeley ou Yale.

Dans son rapport, l’Association nationale des étudiants a qualifié cette pratique d’exemple de «néo-ségrégation». Parmi d’autres exemples elle cite également des dortoirs séparés. «La néo-ségrégation est un terreau de conflit racial dans la société américaine», avertissent les auteurs du rapport.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Tags:
ségrégation, Noirs, université, LGBT, Université Yale, Université Stanford, Université de Californie de Berkeley, Université Harvard, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook