Ecoutez Radio Sputnik
    Une abeille

    Les menaces que l’Homme court du fait de la disparition exponentielle des abeilles décryptées

    CC0 / Alexas_Fotos
    Société
    URL courte
    Anastassia Verbitskaïa
    10340

    Selon l'Onu, le taux d'extinction des abeilles est aujourd'hui de 100 à 1.000 fois plus élevé que la normale. L’utilisation de pesticides est citée parmi les principales raisons de cette tendance. Est-ce vraiment le facteur clé? Un apiculteur français expose à Sputnik sa vision des choses et les risques que l’Homme court.

    Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), sur les 100 espèces de légumes fournissant 90% de la nourriture dans 146 pays, 71 dépendent de la pollinisation par les abeilles. Environ 80% des espèces de plantes et d'arbres sont fertilisées par des insectes, notamment les abeilles. La disparition de ces dernières est ainsi une menace pour la sécurité alimentaire de l'humanité.

    En tant qu’ingénieur en agriculture, l’apiculteur Bertrand Soviche est parfaitement conscient de l’importance du rôle que jouent les abeilles dans la vie de l’Homme. Dans une interview à Sputnik, il a fait ressortir que l’utilisation de pesticides était vraisemblablement l’une des raisons de la disparition des abeilles. «Mais c’est loin d’être la seule», note l’apiculteur.

    «Ces dernières années, on a perdu jusqu’à 40% des ruches», concède le spécialiste. «En France, alors qu’on produisait 25.000 tonnes de miel, aujourd'hui on n’en produit que 10.000 ou 17.000, et on est obligé d’importer entre les deux tiers et les trois quarts de la consommation», a-t-il ajouté.

    «Le facteur humain est très important. Mais on oublie souvent qu’il y a aussi beaucoup d’autres facteurs qui sont à regarder», souligne l’expert. Il est probable que ce processus soit dû aussi aux parasites qui affaiblissent les abeilles, dit-il.

    Selon lui, une coopération entre les agriculteurs et les apiculteurs est nécessaire mais cette coopération n’est pas encore développée. «Ce sont deux mondes qui s’ignorent généralement», a-t-il constaté.

    «Pratiquement toutes les plantes ont besoin des insectes pollinisateurs dont les abeilles», raconte M.Soviche. Si les abeilles meurent, le rendement des légumes, des arbres fruitiers, et d’un certain nombre de grandes cultures comme le tournesol, la moutarde ou le colza sera menacé, explique-t-il. En revanche, «quand vous mettez deux ruches dans un champ de colza, vous gagnez 15% de rendement en plus», a-t-il fait savoir.

    En commentant la situation générale en la matière, l’apiculteur se montre plutôt optimiste. À la question de savoir s’il est possible de faire quelque chose pour remédier à la disparition des abeilles, il a affirmé: «Il y a déjà des choses qui sont faites. Vous avez par exemple la firme Bayer qui a créé un médicament pour les abeilles». Quant aux produits chimiques nuisibles, il a noté que les agriculteurs en utilisent de moins en moins. «Au niveau des pesticides, il y a des choses à faire, mais aujourd'hui déjà, on a éliminé les produits qui avaient énormément abîmé les écosystèmes», les agriculteurs font de plus en plus attention à la façon dont ils travaillent, a ajouté M.Soviche.

    «À mon avis, il y a aussi un gros travail à faire au niveau de la génétique des abeilles» pour les rendre plus fortes. En outre, il faut faire en sorte que les abeilles puissent se nourrir tout le temps. Il faut donc «une flore naturelle qui leur permet de se développer».

    «Il faut aussi conserver un milieu le plus naturel possible pour que les abeilles aient de quoi se nourrir et boire», par exemple, il faut veiller à ce qu’il y ait toujours des mares d'eau qu’elles pourraient utiliser au lieu d’aller chercher de l’eau dans des piscines domestiques, explique aussi l’apiculteur.

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une femme frappée par une bande en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    Sputnik, France, environnement, écologie, nature, parasites, pesticides, agriculture, apiculture, abeilles
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik