Ecoutez Radio Sputnik
    Gucci

    Un utérus brodé sur une robe Gucci pour sensibiliser au droit à l’avortement (images)

    © Depositphotos / Casimiro_PT
    Société
    URL courte
    10210
    S'abonner

    Le directeur créatif de Gucci, Alessandro Michele, a choisi la ville éternelle et sa nouvelle collection pour tenter de sensibiliser les gens au débat sur le droit à l’avortement qui fait actuellement rage aux États-Unis.

    Durant le défilé Gucci du 28 mai à Rome, les mannequins portaient des vêtements sur lesquels se trouvaient des phrases associées aux mouvements en faveur du droit à l’avortement et de l'égalité des sexes, notamment «Mon corps, mon choix» et «Chime for Change». Ce dernier slogan est le nom de la campagne Gucci prônant l'égalité des sexes et qui avait été lancée en 2013 par Beyoncé et Salma Hayek.

    Certains vêtements homme portaient également de tels slogans, ce qui correspond selon Huffpost à l’intention de M.Michele de sensibiliser davantage les hommes sur la question.

    «Aucune loi ne devrait dire à quiconque ce qu’il faut faire ou ne pas faire quand il s’agit de faire des choix très personnels», a déclaré le créateur avant le défilé.

    Sur certains des vêtements se trouvait également une broderie portant la date du 22 mai 1978, c’est à dire la date où l'avortement est devenu légal en Italie. Une robe blanche affichait quant à elle un utérus brodé sur un fond floral.

    «C’est incroyable qu’il y ait encore des gens dans le monde qui croient pouvoir contrôler le corps d’une femme, le choix d’une femme», a fait remarquer M.Michele. «Je resterai toujours pour la liberté d’être, toujours.»

    Plus d'une douzaine d'États américains ont adopté des lois interdisant ou limitant drastiquement l'accès à l'avortement, qui a été légalisé aux États-Unis en 1973 par l'arrêt historique «Roe vs. Wade» de la Cour suprême. L'Alabama a promulgué le 15 mai le texte le plus répressif du pays, interdisant la quasi-totalité des interruptions volontaires de grossesse, même en cas d'inceste ou de viol. Il assimile l'avortement à un homicide et prévoit une peine de 10 à 99 ans de prison pour les médecins le pratiquant, sauf en cas d'urgence vitale pour la mère ou d'«anomalie létale» du fœtus.

    Tags:
    Gucci, loi anti-avortement, avortement
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik