Société
URL courte
6180
S'abonner

Signé le 23 août 1939, le Pacte de non-agression entre l'Allemagne et l'Union soviétique était connu jusqu’à présent seulement d’après sa version allemande. C’est la première fois qu’est rendu public le texte russe de ce document qui éclaire les prémices de la Seconde Guerre mondiale.

Le ministère russe des Affaires étrangères a enfin révélé les originaux du Pacte germano-soviétique de non-agression, communément appelé «pacte Molotov-Ribbentrop». Le texte russe du document, qui n’était connu auparavant que dans sa version allemande, a été publié sur le site du fond «Mémoire historique».

Le Pacte a été signé le 23 août 1939 par les ministres soviétique et allemand des Affaires étrangères, Viatcheslav Molotov et Joachim von Ribbentrop. Par cela, l'Union Soviétique et l'Allemagne s'engageaient à «s'abstenir de toute violence, de toute action agressive et de toute attaque l'une contre l'autre, aussi bien seules qu'avec d'autres puissances». Bien plus, les deux parties promettaient de ne pas soutenir les coalitions d'autres pays, dont les actions pouvaient être dirigées contre les signataires du traité.

Un protocole secret additionnel au traité délimitait les sphères d'influence soviétique et allemande en Europe de l'Est en cas de remaniement territorial, ce qui n’a pas tardé. Le traité fut ratifié une semaine après sa signature, les députés ignorant l'existence de cet ajout confidentiel. Dès le lendemain de la ratification du texte, le 1er septembre 1939, l'Allemagne attaqua la Pologne, dont la partie occidentale était incluse dans la sphère d'influence allemande selon le protocole secret. Le 17 septembre 1939, les troupes soviétiques entraient dans les régions orientales du pays.

Le 24 décembre 1989, le Congrès des députés du peuple, alors organe supérieur du pouvoir en Union Soviétique, a adopté une résolution sur l'évaluation politique et juridique du traité germano-soviétique de non-agression de 1939, résolution condamnant officiellement le protocole secret en tant qu'acte de «pouvoir totalitaire» qui ne traduisait nullement «la volonté du peuple soviétique qui n'assume aucune responsabilité pour cette collusion».

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
URSS, Allemagne, Pacte Molotov-Ribbentrop, Viatcheslav Molotov, Joseph Staline
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik