Société
URL courte
2111
S'abonner

Se retrouver dans le bureau de Staline et même avoir des relations sexuelles avec lui. À partir d’octobre prochain, cela sera possible grâce au jeu vidéo russe «Sex with Stalin» sur la plateforme Steam. Le développeur a dévoilé à Sputnik certains détails de ce jeu pour adultes.

«Violence, nudité et sang» attendent les joueurs du nouveau jeu vidéo «Sex with Staline» qui doit débarquer sur la plateforme de distribution de contenu Steam le 10 octobre 2019. Créé par le développeur russe Gueorgui Kouhtenkov, le jeu propose de remonter dans le temps et de rencontrer le dirigeant de l’Union soviétique pour lui montrer ce que sont «la vraie virilité et l’amour» et pour l’aider à «atteindre l’hégémonie mondiale».

Dans une interview accordée à Sputnik, M.Kouhtenkov a expliqué que le joueur se retrouvait dans une réalité alternative d’une autre époque. Toutefois, le scénario exclut le soi-disant effet papillon, c’est-à-dire que les choix du joueur et ses actions ne changeront pas le cours de l’Histoire. Il a également souligné que le jeu incorporait la possibilité d’éviter d’avoir des relations intimes avec Staline donc tout dépend naturellement du joueur.

Il est à noter que l’annonce du jeu a déjà suscité des critiques à son encontre. Ainsi, le leader du parti Communiste de Russie a qualifié d’inadmissible de salir la mémoire de Staline qui représente, selon lui, «une grande époque de l’Histoire russe». De son côté, l’arrière-petit-fils de Staline, Iakov Djougachvili, a déclaré au site russe Ridus ne pas être touché par «ce jeu qui ne l’intéresse point».

Lire aussi:

Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Didier Raoult se voit refuser l’usage exceptionnel de l’hydroxychloroquine
Tags:
sexe, jeux vidéo, Joseph Staline, URSS, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook