Société
URL courte
7221
S'abonner

Des chercheurs suédois ont établi que les chiens étaient capables de ressentir le stress de leurs propriétaires et d’être en proie à la même anxiété que ces derniers.

Les chiens sont capables non seulement d’éprouver de la compassion pour leurs maîtres mais aussi de ressentir la même anxiété qu’eux, selon une étude réalisée par des chercheurs suédois et publiée dans la revue Scientific Reports.

«Nous avons établi que les concentrations de cortisol (hormone de stress, ndlr) chez les chiens et leurs propriétaires étaient synchronisées. Ce qui est intéressant, c’est que le caractère des chiens n’a pas eu d’effet sur le développement du stress chez l’animal, alors que celui de leurs propriétaires a sérieusement influencé la condition de leurs petits amis. Cela nous a poussés à supposer qu’ils "reproduisaient" le stress de leurs maîtres», a raconté Lina Roth, de l’Université de Linköping.

Durant plusieurs mois, les chercheurs ont eu des entretiens réguliers avec les propriétaires des chiens impliqués dans l’étude et ont prélevé des échantillons de salive sur ces animaux pour mesurer la concentration de cortisol présente dans leurs corps.

Ces observations ont permis de conclure que le niveau de cortisol dans l’organisme des chiens ne dépendait ni de leur race ni d’autres caractéristiques particulières, mais uniquement de l’état psychologique de leurs maîtres.

Les chercheurs ne sont pour le moment pas prêts à détailler le mécanisme de cette interaction, mais ils croient qu’il s’apparente aux rapports entre les petits enfants et leurs mères.

Lire aussi:

Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Un policier roué de coups à Paris lors de la manifestation contre la loi Sécurité globale – vidéos
Le mystérieux «monolithe de métal» en plein désert américain a disparu
Voici la nouvelle attestation de déplacement à télécharger - photo
Tags:
animaux, chercheurs, étude, psychologie, angoisse, stress, chiens
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook