Société
URL courte
9921
S'abonner

Un acte de violence s’est déroulé à Londres, rapporte la BBC. Deux femmes homosexuelles ont été battues par un groupe d’adolescents qui insistaient pour un baiser public de ces dernières.

Deux femmes affirment avoir été victimes d’une attaque homophobe dans un bus de nuit londonien, relate la BBC.

Lorsqu’un groupe d’adolescents a découvert que les femmes étaient ensemble, ils ont commencé à les harceler en faisant des gestes sexuels et à leur demander de s’embrasser.

«Ils nous ont encerclé tout en disant des choses vraiment très agressives sur des positions sexuelles, les lesbiennes et exigeant de nous de nous embrasser pour qu’ils puissent voir», a déclaré l’une des victimes, Melania Geymonat.

​Afin de clamer la situation, elle a essayé de plaisanter et sa copine Chris «a même fait semblant d’être malade… Mais ils ont commencé à jeter des pièces. La chose suivante que j’ai vue c’est Chris au milieu du bus et ils la frappent», a-t-elle affirmé.

«Alors je suis immédiatement allée là-bas sur un coup de tête et j'ai essayé de la sortir de là et ils ont commencé à me frapper. Je saignais vraiment», a précisé la femme.

Elle a ajouté que le groupe d'au moins quatre hommes lui avait peut-être cassé le nez pendant la bagarre, et leur avait volé un téléphone et un sac avant de s'enfuir.

Les deux femmes ont été emmenées à l'hôpital pour soigner leurs blessures au visage, mais elles sont maintenant sorties de l’établissement de santé.

Quatre suspects, âgés d’entre 15 et 18 ans, ont été arrêtés.

Lire aussi:

Un policier tué dans la Sarthe par un véhicule tentant de prendre la fuite
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Tags:
blessure, agression, adolescents, victimes, lesbiennes, homosexuel, Londres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook