Ecoutez Radio Sputnik
    Un médecin

    Des chercheurs ont découvert le symptôme primaire d’une maladie mortelle et incurable

    © Fotolia / kasto
    Société
    URL courte
    298
    S'abonner

    Les résultats de la recherche menée par des scientifiques américains ont mis en lumière qu’un antécédent familial défavorable était la raison principale du développement de la maladie d'Alzheimer.

    Des scientifiques de l’Institut de recherche de la génomique traductionnelle et de l’Université d’Arizona ont découvert que les personnes présentant un risque élevé de développer la maladie d'Alzheimer à cause d’un antécédent familial défavorable pouvaient présenter les premiers symptômes de démence dès la majorité, 40 ans avant que la maladie ne rentre en phase active. Les résultats de l’étude ont été publiés mardi 18 juin dans la revue scientifique eLife.

    À la recherche ont pris part 59.571 personnes âgées de 18 à 85 ans. L’influence de l’antécédent familial sur le risque de développer la maladie neurodégénérative a été remarquée chez tous les groupes d’âge jusqu’à 65 ans.

    Cet effet s’accentue particulièrement chez les hommes, les personnes au niveau de formation faible, les diabétiques et porteurs du gène ApoE (une protéine du métabolisme lipidique).

    Il n’existe actuellement ni médicament contre cette maladie ni méthode effective pour ralentir la perte progressive de mémoire. Néanmoins, un mode de vie sain et le traitement du diabète peuvent aider à prévenir la démence.

    Actuellement, 26 millions de personnes souffrent de la maladie d'Alzheimer, un nombre qui devrait être multiplié par quatre d’ici 2050.

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Tags:
    mémoire, perte, mode de vie sain, démence, chercheurs, maladie Alzheimer, recherche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik