Ecoutez Radio Sputnik
    Algue

    Des algues vertes s’échouent sur une plage des Côtes-d'Armor, provoquant sa fermeture

    © AFP 2019 FRED TANNEAU
    Société
    URL courte
    218
    S'abonner

    La mairie d'Hillion, dans les Côtes-d'Armor, a interdit samedi pour une durée indéterminée l'accès à l'une de ses plages en raison d'algues vertes échouées et des difficultés à les collecter, informe l’AFP.

    Dans un arrêté daté du 22 juin consulté par l'agence France-Presse, le maire Mickaël Cosson interdit l'accès à la plage de La Grandville «à toute personne et aux animaux pour une durée indéterminée».

    Pour justifier sa décision, le maire invoque l’«impossibilité technique de collecter les algues vertes échouées sur le secteur concerné» et «le risque potentiel en matière de santé publique présenté par les amas d'algues échouées non collectées sur ce secteur».

    «C'est un problème de ramassage, un tracteur ne peut pas forcément aller dans des zones rocheuses ou dans la vase et quand les algues arrivent à ces endroits on est souvent en difficulté», a déclaré M.Cosson à l'AFP. «Il est temps, au XXIe siècle, d'employer des moyens différents de ceux de nos grands-parents, à savoir les tracteurs, pour ramasser les algues», a-t-il ajouté, souhaitant voir déployés des moyens «plus efficaces».

    En se décomposant, les algues vertes émettent du sulfure d'hydrogène (H2S), un gaz extrêmement toxique à forte dose.

    «Il y a cette année des amas d'algues vertes beaucoup plus importants qui sont arrivés dès mars car les taux de nitrates dans les rivières sont élevés», a réagi auprès de l'AFP André Ollivro, co-président de l'association Halte aux algues vertes, pour qui le fond de la baie de Saint-Brieuc concentre «50% des algues vertes de Bretagne».

    L'association va lancer le 6 juillet une pétition pour «demander à l'État de rendre obligatoires les mesures d'azote à l'hectare chez les exploitants agricoles».

    C'est à proximité de la plage de La Grandville qu'un joggeur avait été retrouvé mort en septembre 2016 dans une vasière, à l'embouchure du fleuve côtier du Gouessant. L'enquête avait été classée sans suite en avril 2017, faute de preuves.

    Début juin, la famille de la victime a demandé une réparation financière du préjudice subi auprès de la commune, de l'agglomération et de l'État, rappelle l’agence.

    Tags:
    intoxication, plage, algues, hydrogène, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik