Ecoutez Radio Sputnik
    Un neo-nazi allemand (image d'illustration)

    Sacs mortuaires et liste de politiciens pro-migrants: des néonazis allemands soupçonnés de préparer le Jour X

    © AP Photo / Anonymous
    Société
    URL courte
    11296

    Des néonazis allemands ont commandé des sacs mortuaires et utilisé les bases de données de la police pour dresser des listes de personnalités politiques pro-migrants, écrit Deutsche Welle, se référant au service de renseignement intérieur.

    L'Office fédéral de protection de la constitution (BfV) a annoncé qu'un groupe de plus de 30 néonazis, nommé Nordkreuz (Croix du Nord), avait commandé 200 sacs mortuaires et de la chaux vive en prévision d’un éventuel effondrement de l'ordre public qu’ils ont baptisé «Jour X», informe Deutsche Welle.

    Selon le média, la plupart des militants sont liés d’une manière ou d’une autre à la police et à l'armée allemandes. Notamment, parmi eux figurent plusieurs anciens membres et un membre actif des forces d'élite de la police du land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale.
    Deutsche Welle explique que les membres de Nordkreuz peuvent être considérés comme des survivalistes, c’est-à-dire des personnes qui se préparent à un effondrement social ou à une catastrophe naturelle en stockant de la nourriture et des fournitures d'urgence.

    Ainsi, dans une interview accordée en 2017 au journal local Märkische Allgemeine, des membres de Nordkreuz se sont décrits comme des «personnes ayant une "attitude conservatrice saine"» qui collectaient simplement des produits en cas de catastrophe majeure.

    Toutefois, selon l’Office fédéral de protection de la constitution, auquel se réfère le média, tous les membres du groupe étaient des tireurs d'élite qualifiés et avaient accès à des armes à feu et des munitions. Le BfV estime également que le Nordkreuz, utilisant la messagerie Telegram, se préparait avec une «intensité énorme» pour le Jour X et avait utilisé des données provenant d'ordinateurs de la police pour établir une liste de 25.000 noms et adresses.

    Il s’agit, pour la plupart, de politiciens locaux issus des principales formations politiques: le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD), l’Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), Les Verts et Die Linke, informe-t-on. Toutes ces personnalités sont considérées par les néonazis comme des partisans de la politique pro-migrants. Parmi eux figurent également le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, l'ancien Président Joachim Gauck et la vice-présidente du Bundestag, Claudia Roth.

    Tous ces faits ont été mis au jour dans le cadre d’une enquête sur trois membres du groupe qui auraient volé 10.000 munitions et une mitraillette à la police, ajoute l’agence. Deutsche Welle rappelle également qu’un «complot» impliquant une liste de personnes a été découvert il y a deux ans dans le cadre d’une enquête sur un soldat de la Bundeswehr, sympathisant d’idées nazies.

    Ce dernier, présenté sous l'identité de Franco A, a été soupçonné de préparer un attentat se faisant passer pour un réfugié syrien. Même si l'enquête a finalement été abandonnée faute de preuves, les enquêteurs supposent toujours qu’il y a un lien entre Nordkreuz et le réseau Hannibal qui est aussi centré sur le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, et auquel Franco A. avait été lié.

    L’assassinat de l’élu chrétien-démocrate Walter Lübcke, lequel soutenait la politique migratoire d’Angela Merkel, a ravivé la peur de la menace néonazie en Allemagne. Plusieurs personnalités politiques partageant son point de vue ont été également victimes de menaces ces derniers temps.

    Lire aussi:

    Macron appelle les Français à se «réconcilier» et dénonce «l'esprit de résignation»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    L’Élysée aurait ignoré les renseignements français, qui estimaient qu’un G7 à Biarritz était «la pire» solution
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik