Société
URL courte
16721
S'abonner

Tandis que certains semblent accepter les poupées sexuelles, d'autres estiment que devenir «trop à l'aise» avec un objet inanimé pourrait conduire une personne à se distancier de «toute possibilité de vie sexuelle saine».

Alors que toujours plus de personnes solitaires se tournent vers des poupées sexuelles de plus en plus sophistiquées pour leur tenir compagnie, certaines employées du Sheri’s Ranch, une maison de prostitution légale située au Nevada, prétendent qu’elles pourraient être bénéfiques dans leur branche d’activité.

Dans une interview accordée au Daily Star, Lily Lovecraft, une travailleuse du sexe officiant dans cet établissement présenté par le journal comme «le plus grand bordel au monde», a trouvé «formidable» la possibilité de répondre aux besoins des amateurs de robots qui attendent depuis toujours la disponibilité des sexbots.

«L'avenir sera une période passionnante pour la communauté des pervers», a-t-elle déclaré.

Cependant, une de ses collègues ne semble pas partager cet avis.

«Un homme qui devient trop à l'aise avec une poupée sexuelle peut s'éloigner de ses expériences sexuelles saines avec de vraies femmes et s'éloigner de toute possibilité d'une vie sexuelle saine», a-t-elle expliqué.

«Je conviens que, sous la supervision d'une travailleuse du sexe expérimentée, les robots sexuels, comme d'autres outils, pourraient être utiles à certains clients. Mais c'est une pente glissante et la technologie nécessitera beaucoup de délibérations».

Plus tôt cette année, une autre professionnelle du Sheri’s Ranch avait annoncé qu’elle avait commencé à offrir une «thérapie digisexuelle» à des personnes plus attirées par les robots sexuels que par d’autres êtres humains.

Lire aussi:

Niger: huit personnes dont six touristes français tuées dimanche par des hommes armés
L'explosion à Beyrouth a engendré un cratère de 43 mètres de profondeur - images
Le Pentagone explique le redéploiement de ses troupes en Europe
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Tags:
Nevada, poupée, sexe, robot, États-Unis, prostitution
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook