Société
URL courte
361
S'abonner

Une pêche illégale à l’explosif aurait provoqué la mort de deux plongeurs chinois et de leur instructeur local près de l'île de Pulau Kalapuan, en Malaisie, écrivent les médias.

Deux touristes chinois, Zhao Zhong et Xu Yingjie, qui plongeaient non loin de l'île malaisienne de Pulau Kalapuan, et leur instructeur local, Zainal Abdu, ont trouvé la mort le 5 juillet, informe la presse locale. Selon des médias, ils auraient pu être tués suite à une pêche illégale à l’explosif.

Un batelier de 24 ans et un guide de 23 ans qui étaient à bord du bateau de plongée ont indiqué à la police qu’ils avaient déposé les plongeurs en mer à environ 14h30. Ils lui ont également montré la jetée où les touristes devaient revenir. Par la suite, les deux hommes sont partis pour récupérer des bouteilles fraîches et sont revenus sur le site de plongée une heure plus tard, les plongeurs ne s’étant pas rendus à la jetée.

Les «nomades de la mer» en auraient été à l’origine

Selon eux, ils ont remarqué des bulles à la surface et de nombreux poissons morts ainsi que les plongeurs immobiles dans le fond, à une profondeur de six mètres. D'autres plongeurs ont été appelés pour leur venir en aide.

Les corps des touristes et de l’instructeur remontés à la surface n’avaient aucune marque mais les lentilles de leurs masques étaient fissurées. Des examens post mortem ont eu lieu.

D’après la police, ce sont des membres du groupe ethnique des Bajau, appelés «nomades de la mer», qui seraient à l’origine de la tragédie. Les auteurs auraient utilisé des bombes artisanales fabriquées à l’aide de mélanges d'engrais et de paraffine en bouteille.

Lire aussi:

Arrêtés en possession d’armes, deux agents de la DGSE mis en examen à Paris pour un projet de meurtre
Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Elon Musk déclare que les extraterrestres ont bâti les pyramides, l’Égypte lui répond
Tags:
décès, plongeurs, plongée, pêche, Malaisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook