Ecoutez Radio Sputnik
    Des musulmans indiens

    «Avec 50 femmes, ils donnent naissance à 1.050 enfants»: un législateur indien dérape

    © AP Photo / Anupam Nath
    Société
    URL courte
    9418

    Connu pour ses déclarations provocatrices, l’homme politique indien Surendra Singh a à nouveau attiré l’attention des médias. Cette fois, il accuse les musulmans locaux d’être la cause de la surpopulation dans le pays.

    Le législateur indien Surendra Singh, de l’État d’Uttar Pradesh, a suscité une vague de critiques pour ses propos sur les musulmans du pays.

    «Dans la région musulmane, vous connaissez ces gens avec 50 femmes. Ils donnent naissance à 1.050 enfants. Ce n’est pas une tradition mais un instinct animal», a-t-il déclaré, cité par l’agence locale ANI.

    ​La majorité des internautes n’a pas apprécié cette arithmétique de M.Singh, selon laquelle chaque femme musulmane accouche de 21 enfants.

    Les uns ont accusé M. Singh, membre du Bharatiya Janata Party dirigé par le Premier ministre Narendra Modi, de propager «l’islamophobie» et une certaine «désinformation» sur les musulmans.

    «Le HCDH [Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme, ndlr] doit prêter attention à ce député du BJP au pouvoir en train de répandre l'islamophobie.»

    D’autres lui ont tout simplement demandé de donner des exemples:

    «Donnez-moi un seul exemple de ce que ce voyou dit?»

    ​Toutefois, certains ont approuvé les propos du député.

    «Déclaration correcte. Je suis d'accord. La loi sur le contrôle de la population est essentielle»:

    Par le passé, M.Singh a à plusieurs reprises appelé les couples hindous à avoir au moins cinq enfants pour protéger Hindutva, une idéologie nationaliste hindoue.

     

    Lire aussi:

    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    La Chine prête à l’«option nucléaire» dans sa guerre commerciale avec les États-Unis
    Tags:
    musulmans, femmes, enfants, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik