Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants clandestins (image d'illustration)

    Un ancien migrant clandestin: «C’est seulement en se souciant du pays qui vous a accueilli, qu’on peut en faire partie»

    © AFP 2019 FILIPPO MONTEFORTE
    Société
    URL courte
    7124

    En 1995, l'Albanais Eltjon Bida, âgé de 17 ans, était arrivé en bateau illégalement en Italie. Plus tard, il a raconté son histoire dans un livre intitulé «C’era una volta un clandestino» (Il était une fois un passager clandestin). Sputnik s’est entretenu avec ce nouvel Italien.

    Depuis 1995, les motifs des migrants n’ont pas beaucoup changé, les gens émigrant toujours à la recherche d’une vie meilleure, a estimé, dans un entretien accordé à Sputnik, Eltjon Bida, un Albanais arrivé illégalement en bateau en Italie. Il a raconté son histoire dans un livre intitulé «C’era una volta un clandestino» (Il était une fois un passager clandestin).

    «C’est en 1995 que je suis parti de ma ville natale de Fier en bateau. À l’époque, j’avais 17 ans et je quittais mon pays pour connaître l’Italie et parce que j’aspirais à une vie meilleure», a-t-il poursuivi.

    Et d’expliquer qu’il n’y avait alors en Albanie ni travail, ni argent.

    «L’autre raison de mon émigration, c’était la santé. Opéré en Albanie, j’aurais pu perdre un rein. […] Après une opération dans la ville italienne de Pescara, je suis en bonne forme», se souvient l’ancien migrant.

    Selon ce dernier, il travaillait du matin au soir sans un seul jour de libre.

    «Pourtant, j’étais content, parce je ne suis pas venu en Italie en touriste, mais pour travailler et me soigner. […] Je suis très heureux, parce que je réalise tous mes rêves, l’un après l’autre. J’ai rêvé d’avoir une bonne famille, et j’en ai une. […] J’ai rêvé de pouvoir faire du bien et je verse 10% des ventes de mon livre à l’association caritative chrétienne Pain Quotidien», a confié à Sputnik celui qui se sent «un Albanais selon son cœur et un Italien selon sa tête».

    Eltjon Bida a exposé en conclusion sa devise:

    «C’est seulement en étant honnête et en souhaitant s’intégrer qu’on peut réussir. C’est seulement en se souciant du pays qui vous a accueilli, qu’on peut en faire partie».

    Lire aussi:

    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Tags:
    migrants, Italie, Albanie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik