Société
URL courte
7018
S'abonner

En Angleterre, une mère de famille ayant subi deux mastectomies et des traitements de chimiothérapie, a appris un an après que son diagnostic était faux. L’hôpital a présenté ses excuses.

Une femme de 28 ans a dû subir des traitements de chimiothérapie et deux mastectomies après avoir été diagnostiquée par des médecins de l’hôpital Royal Stroke University en Angleterre d’un cancer du sein métastatique triple négatif en 2016.

Elle a également été forcée d’avoir recours à de la chirurgie plastique.

Pourtant, en 2017, comme le rapporte l’Independent, elle a appris que ses médecins avaient commis une erreur. Elle n’avait pas de cancer. 

En outre, les implants qui lui avaient été posés pendant la reconstruction mammaire pouvaient augmenter le risque de développement du cancer.

«Se faire dire que j’ai le cancer, c’était terrible, mais de passer à travers tous les traitements et les opérations pour ensuite se faire dire que ce n’était pas nécessaire, c’est traumatisant», a-t-elle confié à l’Independent.

Sa famille a engagé des avocats spécialisés en négligences médicales. Quant aux médecins, ils ont obtenu une admission de culpabilité de la part de NHS Trust, l’organisation nationale du service de santé en Angleterre.

L’hôpital s’est excusé auprès de la famille et a assuré que de nouveaux niveaux de vérifications avaient été mis en place.

«En fin de compte, la déclaration erronée de la biopsie était une erreur humaine. Par conséquent, tous les diagnostics de cancer invasif sont maintenant examinés par un deuxième pathologiste», a souligné un porte-parole.

Lire aussi:

Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Tags:
diagnostic, chirurgie, médecine, traitement, Angleterre, cancer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook