Ecoutez Radio Sputnik
    Un policier allemand

    «Ecchymoses, hématomes et poignets cassés»: le prix de l'expulsion des migrants pour les policiers allemands

    CC BY 2.0 / Marco Verch / Polizei
    Société
    URL courte
    3127
    S'abonner

    Refusant de quitter l’Allemagne, des migrants clandestins attaquent de plus en plus souvent les policiers qui participent aux opérations d’expulsion, écrit l’hebdomadaire Welt am Sonntag.

    Les policiers allemands subissent de plus en plus souvent des violences de la part des migrants qu’ils essayent d’expulser du pays, indique le Welt am Sonntag, se référant aux déclarations de la police fédérale.

    Ainsi, lors des opérations de l’année dernière, 284 membres de la police allemande ont été attaqués, dont 71 blessés. En 2017, ce chiffre atteignait les 274 agents.

    Bien que la police ne précise ni la gravité des blessures subies par les policiers, ni ne fournisse de détails sur les circonstances dans lesquelles elles ont été infligées, le journal a pu contacter certains des agents pour en savoir plus.

    Parmi les cas les plus récents, celui d’un officier à Munich qui est tombé et s'est cassé la rotule après qu'un migrant de 26 ans, originaire de Sierra Leone, a «paniqué» sur une échelle d’avion.

    Dans d'autres cas, les expulsés agissent plus violemment. À en croire le chef du syndicat de la police fédérale, Ernst Walter, les policiers subissent parfois des «coups de pied, coups de poing et de tête». Un autre officier a déclaré à l’hebdomadaire que ses collègues avaient «des ecchymoses, des hématomes et même des poignets cassés» après de telles opérations.

    De temps en temps, des personnes en situation illégale, dont certaines sont toxicomanes et porteuses d'infections, peuvent mordre des membres des forces de l’ordre. L’une d’elle aurait ainsi sectionné avec ses dents un morceau de sa propre langue et puis craché du sang sur l'officier qui l'escortait, est-il précisé.

    Parfois, certains migrants atteignent leur but et freinent le processus, indique le journal. Au total, 1.637 expulsions ont été suspendues en raison d'«actes de résistance» dans les aéroports. Armin Schuster, un haut législateur de la CDU a confirmé au journal que le «comportement agressif» des expulsés porte effectivement ses fruits car les compagnies aériennes et les pilotes refusent «trop souvent» de transporter des passagers violents.

    Tags:
    violences, migrants, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik